Château Phélan Ségur - Bordeaux

C’est au XIXe siècle que débute l’histoire franco-irlandaise du Château Phélan-Ségur. A la pointe de la biotechnologie, chaque étape de la viticulture et de la vinification sont observées avec la plus grande exigence. Ce Saint-Estèphe est un assemblage de merlot et de cabernet franc qui s’épanouissent sur un sol de graves et d’argile.


Une histoire franco-irlandaise

LA NAISSANCE D'UN CHÂTEAU AU XIXème

C’est au XIXe siècle que Bernard Phélan quitte son Irlande natale pour s’installer à Bordeaux. Alors qu’il pratique, lui-même, une activité de négoce, il épouse la fille d’un négociant bordelais. Le couple fait construire le château qui fera office de modèle dans la nouvelle définition de l’architecture et viticulture. En effet, si traditionnellement les chais étaient séparés de la partie privée, de vie, du château, les Phélan associent les deux espaces. Ils sont donc les précurseurs des maisons médocaines.

Avec l’acquisition du Clos de Garramey en 1805 et Ségur en 1810, la famille se lance dans son exploitation propre. Le fils de Bernard, Frank, à la mort de son père, se consacre à la notoriété du domaine familial. Au début du XXe siècle, le Château Ségur de Garramey change de nom pour privilégier l’expression Château Phélan-Ségur. La famille Delon acquiert le domaine. Puis la famille Gardenier, en la personne de Xavier et de ses trois fils, Laurent, Stéphane et Thierry, prend leur suite. C’est aujourd’hui et depuis 2018 que Philippe Van de Vyvere, industriel belge, acquiert la propriété.


Château Phélan Ségur

Château Phélan Ségur

Vignoble Château Phélan Ségur

Vignoble Château Phélan Ségur

Le propriétaire Philippe Van de Vyvere

Le propriétaire Philippe Van de Vyvere

La technologie au service du terroir

UE VITICULTURE ENTRE MESURE ET INTERPRÉTATION

Non loin de l’estuaire de la Gironde, sur l’appellation Saint-Estèphe, s’étendent les 70 hectares de vignes. Les cépages de cabernet sauvignon (53%) et de merlot (47%) sont plantés sur un sol fait de graves argileuses. Jouissant d’un climat tempéré aux influences océaniques, ainsi que d’un drainage adéquat, les cépages peuvent proposer la plus pure expression du terroir.

Les jeunes vignes sont réparties en quatre parcelles qui sont cultivées de façon raisonnée. Luc Peyronnet, chef de culture au Château Phélan-Ségur est un passionné de la vigne. Ainsi, les désherbants ont été bannis par les vignerons. Les fumures utilisées pour alimenter le sol sont issues de composés organiques.

A partir des années 1990, la biotechnologie est utilisée afin de cesser toute utilisation d’insecticides. Les équipes vigneronnes utilisent également la technique Greenseeker. Cette dernière permet de mesurer et d’interpréter la vigueur des vignes et d’établir des cartographies du vignoble. Cela permet dans un premier temps de jouer avec les expositions pour les cépages mais aussi d’aider le maître de culture à la décision, dans ses choix de gestion du vignoble.

Le savoir-faire du Château Phélan Ségur

UNE VINIFICATION ENTRE DOUCEUR ET PRÉCISION

Après des vendanges manuelles, les équipes vigneronnes procèdent au tri des baies. Le premier tri se déroule sur des tables vibrantes et est effectué à la main. Un second tri optique a été mis en place à partir de 2011. Après le foulage, une fermentation avec pigeage pendant 10 jours, les vins sont placés à la macération. Cette étape se déroule pendant une vingtaine de jours dans les 39 cuves inox thermorégulées. Depuis 2008, 8 nouvelles cuves ont rejoint le chai afin de permettre un travail intra-parcellaire des cépages.

L’élevage se déroule en barrique de chêne pour une durée de 14 à 18 mois. Les assemblages sont réalisés à la fin de cette période. Le soutirage se fait à la bougie, selon la méthode traditionnelle, en douceur et en précision. Michel Rolland, œnologue conseil, assiste Fabrice Barquey dans l’assemblage.

Le Château Phélan-Ségur dispose d’un premier vin, Château Phélan-Ségur et deux seconds vins : Frank Phélan et Croix Bonis.