Château Léoville Barton - Bordeaux

A 40 kilomètres au Nord de Bordeaux, le Château Léoville Barton se trouve au cœur de l'appellation Saint Julien. Ce vignoble de 50 hectares comporte les cépages les plus traditionnels du Médoc. Cabernet Sauvignon, principalement, mais aussi Merlot et Cabernet Franc se trouvent parmi ses belles et anciennes vignes. Le vin produit est prestigieux, à l'image de l'histoire de la famille Barton.  

Une famille de négociants

A la conquête de Bordeaux

Thomas Barton quitte son Irlande natale et arrive à Bordeaux en 1725. Il développe alors un vif intérêt pour le vin et fonde sa société de négoce. Suite à son décès c'est son fils William qui hérite de ses biens familiaux de Bordeaux et d'Irlande. Il les cède lui-même à son fils, Hugh. Ce dernier parvient à faire augmenter considérablement le chiffre d'affaires jusqu'à la révolution, en 1793. Hugh et sa femme sont alors emprisonnés et leur patrimoine est saisi. Finalement libérés, ils quittent Bordeaux pour l'Angleterre et l'Irlande. Malgré tout, Hugh Barton maintient ses relations avec les bordelais et fait prospérer ses affaires à distance. Il fait l'acquisition de son Château en 1821 ainsi que d'une parcelle du domaine de Léoville en 1826. Il la renomme alors Léoville Barton. Trois générations se succèdent ensuite à la tête des deux vignobles bordelais.  

Ronald Barton arrive à Bordeaux en 1924. Passionné, il hérite de l'intégralité des vignobles de Saint Julien. Il veille au bon fonctionnement du domaine jusqu'à sa mort, en 1986. N'ayant pas d'enfant, il le lègue à son neveu, Anthony Barton. Ce dernier s'installe à Bordeaux en 1951. Malgré une période délicate pour le commerce des vins, Anthony veille à la qualité du domaine Léoville Barton. Sa fille, Lilian Barton, obtient le Diplôme Universitaire d'Aptitude à la Dégustation des vins à l'Université de Bordeaux. Elle rejoint alors son père dans l'entreprise familiale. Aidé de son mari et et de ses deux enfants, elle prendra ensuite le relais à la direction de l'affaire de négoce et des châteaux.   

Le Château Léoville Barton

Le Château Léoville Barton

Lilian Barton actuelle dirigeante du Château

Lilian Barton, actuelle dirigeante du Château

Anciens millésimes

Anciens millésimes

Château Léoville Barton

Classé Second Grand Cru

Lors de l'Exposition Universelle de Paris s'effectue le fameux Classement de 1855. Le Château Léoville Barton est alors classé Second Grand Cru. Ce rang, faisant encore autorité dans le monde des passionnés de vin, rend justice à ce domaine qui est monté en puissance au fil des siècles. Le Château de Léoville Barton est la propriété de la famille Barton depuis 1821. Ses jardins s'étendent sur plus de quatre hectares. Ils se composent d'un joli mélange entre le style classique français et le style anglais, représentatifs des origines familiales. Le terroir du Château Léoville Barton va au-delà des seules qualités de la terre. En effet, le climat et la géologie jouent également un rôle important dans la production de grands vins. Les sous-sols sont argilo graveleux et le domaine se situe face à la Gironde. Ces caractéristiques permettent une régulation parfaite des aléas climatiques  

Préservation du terroir et techniques

Château Léoville Barton concerné par l'environnement

Depuis 2012, la conversion des vignes en agriculture biologique se fait progressivement. De plus, de nombreuses bonnes pratiques environnementales sont employées au domaine. Le vignoble est entièrement labouré à l'aide de fumures organiques (d'origine naturelle et végétale), aucun produit phytosanitaire n'est utilisé, les matières biodégradables sont privilégiées et les déchets sont triés. De plus, les vendanges se réalisent entièrement à la main. Ainsi, la préservation de la qualité des grappes est totale. Pour l'élevage des vins, c'est l'approche traditionnelle qui prévaut au Château Léoville Barton. On y réalise des opérations telles que l'ouillage, le soutirage à l'esquive (avec une bougie) ou encore le collage au blanc d'œuf frais. Ces techniques sont les mêmes employées depuis des générations. Finalement, la famille Barton goûte la totalité des cépages avec le directeur technique et l'œnologue conseil, Eric Boissenot. Ensemble, ils les assemblent pour produire le grand vin.