Cos d'Estournel - Bordeaux

Le Château Cos d’Estournel, situé sur l’appellation Saint-Estèphe, fait partie des “Super Seconds” du Médoc. Cos d’Estournel a été créé par un singulier personnage, que l’on surnomma le “Maharajah de Saint-Estèphe” en raison de son goût pour l’Orient et surtout pour les vins “retour des Indes”. Un terroir exceptionnel, de nombreux efforts et de grands investissements ont permis à ce domaine une ascension rapide. Aujourd’hui, Cos d’Estournel joue dans la Cour des Grands de Bordeaux. Depuis 2000 il est la propriété de Michel Reybier.

Histoire du Domaine

Le Maharajah de Saint-Estèphe

En 1791, Louis Gaspard d’Estournel hérite d’une propriété sur la commune de Cos, comprenant 14 ha de vignes. Convaincu que cette colline renfermait un terroir d’exception, l’audacieux marquis d’Estournel dépensa une fortune pour agrandir son vignoble. En 1852, il est à la tête de 45 ha de vignes, répartis sur 3 crus : Cos d’Estournel, Cos Labory et Pomys.
Outre le progrès du vignoble, la quête d’excellence de Louis Gaspard pousse les améliorations techniques et l’innovation perpétuelle. La vie du Domaine se retrouve ainsi ponctuée de nombreux tests et essais. On peut citer par exemple les essais de nouveaux cépages ou l’utilisation inédite de bouchons en verre.
Cet homme curieux et ouvert au monde qui l’entoure se verra surnommé “Le Maharadjah de Saint-Estèphe”. Passionné par l’Orient, il parsème son château de nombreuses chinoiseries. Il est aussi le premier à vendre des vins “retour des Indes”, issus de barriques qui ont fait un aller-retour jusqu’à Bombay ou Calcutta.

facade du chateau dans son style indien

Façade du Château Cos d'Estournel ©cosdestournel

le propriétaire et le directeur technique dans les vignes

Michel Reybier et Dominique Arangoïts (directeur technique) ©cosdestournel

bouteille du cru dans style indien

Cuvée Cos d'Estournel ©cosdestournel

Michel Reybier

"Ce sera Cos ou rien "

L’implication physique et financière du marquis d’Estournel va cependant atteindre ses limites. En 1852, malade et endetté, il vend ses propriétés à un banquier londonien. Il mourra finalement quelques mois plus tard, 2 ans à peine avant la légitimation de son cru.
En effet, en 1855, le classement impérial va donner au Château Cos d’Estournel le rang de 2nd Grand Cru Classé.
La propriété ainsi primée, va changer 3 fois de mains. Finalement en l’an 2000, le discret Michel Reybier, totalement conquis par l’histoire et l’originalité de ce Domaine unique, s’en porte acquéreur. “Ce sera Cos ou rien” répétait-il.
Suivant les traces du fondateur, Michel Reybier cultive la dualité du domaine, qui s’équilibre entre tradition et innovation. Il va aussi pousser l’esprit unique de ce Château, non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen d’atteindre une perfection dans le vin.

Second Cru Classé

Le meilleur pour ambition

Dès l’arrivée de Michel Reybier à la tête de la propriété, d’importantes décisions stratégiques sont mises en place.
Le bâtiment principal - surmonté de pagodes - est totalement rénové, et l’on construit à neuf un chai unique au monde, entièrement gravitaire. Ses 72 cuves inox tronconiques permettent une vinification parcellaire minutieuse, dans le respect du produit le plus total.
Ces investissements sont à la hauteur du terroir d’exception de cette pépite de Saint-Estèphe. Les 91 ha de Cabernet-Sauvignon (60%) et de Merlot (40%) prennent racine dans un sol de graves profondes, profitant du même climat que son voisin, le prestigieux Château Lafite Rothschild.
La propriété propose aujourd’hui une gamme de 4 vins. On trouve la cuvée Cos d’Estournel, un vin fascinant, opulent et voluptueux et son second vin les Pagodes de Cos décrit comme éclatant, soyeux et charmeur. Enfin, il existe aussi une version du Cos d’Estournel en blanc, et un plus petit vin, très sur le fruit, Goulée by Cos d’Estournel.