Domaine André et Mireille Tissot - Jura

S’il y en a bien un qui sort de sa zone de confort, c’est Stéphane Tissot, héritier du domaine d’André et Mireille Tissot. Non-loin d’Arbois, l’exploitation, certifiée biodynamique depuis 2004, ne cesse de prouver ô combien le terroir de cette région est riche. Stéphane Tissot se fait le représentant de ces trésors et est aujourd’hui considéré comme « une étoile filante dans la constellation des grands vins de France ».

Domaine André et Mireille Tissot

DES LIENS FAMILIAUX TISSÉS AUTOURS DE LA VIGNE

Dans la famille Tissot convoquons en premier lieu le grand-père car c’est à lui que l’on doit ce que le domaine Tissot est aujourd’hui. En effet, ce dernier a offert à chacun de ses quatre fils une vigne : dans toute la France, les Tissot ont commencé à faire du vin. En 1962, André Tissot s’installe avec sa femme, Mireille, au nord d’Arbois, au cœur du Jura, à Montigny-lès-Arsures. Il achète plusieurs métayages et locations, afin d'accroître son domaine, jusqu’à atteindre 16 hectares de vignes. Pour assurer la distinction avec les productions de ses frères, André décide d’apposer le prénom de sa femme sur les étiquettes des bouteilles : une première dans la viticulture, preuve déjà, de l’audace de la famille.

Après avoir voyagé en Afrique du nord et en Australie notamment, et terminé ses études de viticultures à Beaune, Stéphane Tissot, fils de Mireille et André, reprend le domaine en 1980. Conscient de la richesse qu’offre le terroir du Jura, il commence à réfléchir sur la meilleure manière de l’exprimer : c’est ainsi qu’il amorce la transition vers la biodynamie en 1999. En 2004 il obtient la certification Demeter : première victoire dans la valorisation de sa région.

Domaine André et Mireille Tissot

Vignoble domaine André et Mireille Tissot

Domaine André et Mireille Tissot

Domaine André et Mireille Tissot

Domaine André et Mireille Tissot

Domaine André et Mireille Tissot

Terroir et Vins

UN PATCHWORK DE SOLS

Ce sont les mouvements des sols, depuis l’air glacière, qui ont formé un paysage jurassien (fait de vallons et de butes) atypique dans sa constitution. C’est avec passion que le producteur parle de la typicité de sa région et de son terroir. Si le Jura partage des roches calcaires (30%) avec la Bourgogne, il se distingue sur la présence d’argile (70%) et de marnes, beaucoup plus anciennes.

Fort de cette situation, Stéphane Tissot a développé une approche parcellaire dans sa vinification de façon à extraire toute la richesse de ses cépages et les secrets de ses sols (aujourd’hui étendus sur 50 hectares).


Biodynamie

UN SAVOIR-FAIRE COMPLEXE SOUS TOUTES LES COUTURES

Très impliqué dans la biodiversité, Stéphane Tissot cultive en biodynamie depuis ses débuts, car il n’y a pas meilleure manière de faire s’exprimer toutes les subtilités de son terroir. Les pesticides sont délaissés à la faveur de traitement au cuivre ; la famille a investi dans un cheval afin d’entretenir les sols ; et les vendanges se font manuellement. Pour pallier l’absence de classement dans sa région, Stéphane s’efforce de travailler sur la qualité de ses vins et l’expression de ce terroir qui lui est si cher.

Cinq cépages sont cultivés sur ces terres jurassiennes : pinot noir (44%), trousseau (32%) et poulsard (24%) pour les rouges, et chardonnay (68%) savagnin (32%), pour les blancs. Ces ceps réagissent parfaitement avec les sols et expriment chacun des caractéristiques différentes (lorsque le Poulsard s’épanouis dans l’argile, le chardonnay tend à réduire). Le vigneron a fait le choix de travailler sur la densité et l’acidité de façon à éviter, au maximum, les interventions lors de la vinification. Cette dernière se déroule dans des fûts, ou encore des amphores (pour les rouges). Enfin, le soufre est utilisé en très faible quantité, avant la mise en bouteille, de façon à assurer la conservation des vins. A chaque étape Mr Tissot cherche à éprouver sa matière première, à tester des nouvelles possibilités et faire naître des cuvées, parfois surprenantes (comme son crémant indigène). Il confi que « le vin bio est un moyen et non un but, il convient de se renouveler sans cesse ».

Le Jura offre pléthore de possibilités à celui qui cherche à trouver son bonheur. Entre vin de paille (ou liquoreux, car il arrive parfois que les raisins soient pressés plus tard que la normale), vin jaune, marc, vin blanc et vin rouge.


paiement sécurisé