Michel Redde et Fils - Loire

Aux mains de la famille Redde depuis au moins 8 générations, le domaine Michel Redde et Fils, aussi connu sous le nom “La Moynerie” ne cesse d’évoluer. En effet, ses propriétaires ont à coeur de se positionner à la pointe de la viticulture moderne, tout en respectant la tradition familiale et la préservation du terroir qui s’offre à eux.


L'histoire du domaine

LA FAMILLE REDDE

En remontant dans le passé de la famille Redde, on a pu retrouver un vigneron du nom de François Redde, qui a vécu en 1630 à Pouilly-sur-Loire. La famille est donc dans la viticulture depuis au moins 8 générations. Le domaine Michel Redde et Fils, tel qu’on le connaît aujourd’hui, remonte à 1930 avec la naissance de Michel Redde. En effet, il décide de devenir vigneron afin de perpétuer la tradition et de ne pas laisser le vignoble aux mains des moines, dont c’était la tâche à l’époque. Ainsi, à force de travail et d’acharnement, il a pu, épaulé par sa femme Simone, restructurer et agrandir la propriété familiale dans les années 1950. Dix ans plus tard, ils ouvrent un caveau du nom de “La Moynerie” en hommage aux moines, précédents cultivateurs des lieux. Ceci leur permettra d’accroître leur renommée et de gagner en visibilité dans la région. Thierry, le fils des Redde, rejoint ses parents dans la gestion du domaine en 1977 et va apporter son lot de modernisations aussi bien dans le vignoble qu’au chai. Enfin, ce sont aujourd’hui les petits enfants Sébastien et Romain qui gèrent le domaine en perpétuant la tradition familiale de laisser le terroir s’exprimer, donnant le meilleur de ce qu’il a à offrir pour chaque cépage de chaque millésime. Aujourd’hui, le domaine de La Moynerie s’étend sur 42 hectares et est exploité en viticulture raisonnée afin de respecter à la fois le terroir et l’environnement, en maîtrisant les apports organiques, en favorisant de faibles rendements, le travail du sol et les vendanges manuelles.

La diversité du terroir

UNE GESTION PARCELLAIRE

On peut définir la famille Redde comme étant de véritables précurseurs, autant le grand-père, que le fils ou les petits-fils. En effet, ils ont fait le choix, chacun à leur époque, d’opter pour une gestion très parcellaire du domaine, afin de laisser s’exprimer la typicité de chaque terroir qui compose le vignoble. On peut en effet distinguer 3 parcelles principales :

  • Pouilly-Fumé

  • Pouilly-sur-Loire

  • Saint-Andelain

La parcelle Pouilly-Fumé compose la majorité du vignoble et on y trouve uniquement du Sauvignon Blanc. Elle se situe sur les magnifiques coteaux de la Loire, exposée plein sud, avec un sol argilo-calcaire. Les vins produits sur ce terroir se conservent très bien et se consomment plutôt à partir d’une dizaine d’années de garde. Ils sont à la fois riches en matière, harmonieux et élégants. La parcelle Pouilly-sur-Loire a la particularité de n’être plantée qu’en Chasselas, ce qui est très rare. Le domaine Michel Redde et Fils est d’ailleurs l’un des derniers vignobles de la région à planter ce type de vignes. La parcelle Saint-Andelain, enfin, se situe sur la butte Saint-Andelain. Elle a la particularité de n’avoir jamais été cultivée avant Michel Redde qui a été le premier à y planter des vignes. On peut donc parler de véritable visionnaire, qui a vu dans ce terroir argilo-siliceux un grand potentiel, finissant même par le faire entrer dans l’AOC Pouilly-Fumé. En effet, le silex rouge qui compose ces sols apporte une grande minéralité pure aux vins, avec de la finesse et de l'élégance.

L'innovation

UNE SOIF D'ENTREPRENDRE

Innovation est sans doute le terme qui caractérise le mieux le domaine Michel Redde et Fils. En effet, quelle que soit l’époque, chaque gérant aura eu à coeur de contribuer au rayonnement du domaine en y apportant sa contribution. Ainsi, lorsque Thierry Redde rejoint ses parents en 1977, il va entreprendre une profonde transformation du chai. Il va en effet l’étager sur trois niveaux, permettant une vinification par gravité. À leur arrivée, Sébastien et Romain Redde vont quant à eux contribuer à améliorer l’organisation du cuvage. Depuis 2009, la famille s’est lancée dans un chantier faramineux, qui consiste à convertir une ancienne carrière de silex en nouvelle parcelle viticole de 4 hectares. De plus, la plantation a été entièrement réalisée à la barre à mine, au lieu d’à la pioche. En 2014, une première cuvée voit le jour, qui se nommera logiquement “Barre à Mine”. Ainsi, quelle que soit la génération à la tête du domaine, le respect de la tradition alliée à une innovation perpétuelle font la renommée de ce vignoble si atypique.


paiement sécurisé