Château Sociando-Mallet - Bordeaux

Si le Château Sociando est daté de 1663, c’est à Jean Gautreau que l’on doit sa notoriété. Il acquiert le domaine dans les années 1950 et entend bien faire de ses vins une référence de l’appellation Haut-Médoc. Ainsi, le cabernet sauvignon, merlot et cabernet franc font l’objet des plus grands soins. Un premier vin et deux seconds vins sont proposés par le Château et brillent par leur qualité.  


L’histoire de Sociando-Mallet

Jean Gautreau, figure incontournable

L’histoire du Château Sociando débute en 1663, lorsqu’un membre de la noblesse basque Sieur Sociando s’installe à Saint-Saurin-de-Cadourne. C’est à cette période que débute l’activité viticole. En 1793, le vignoble tombe dans le domaine public. Il sera alors acheté par Jean Lamothe, dont la fille épousera un homme de la lignée des Mallets. C’est donc en 1831 que le Château sera officiellement nommé Sociando-Mallet. Jean Gautreau, après son service militaire au Maroc, s’établit à Bordeaux pour y exercer une activité de négoce chez Miailhe en 1948. Il diversifie assez rapidement ses talents en devenant dès 1950 courtier à son compte. Alors qu’il développe des activités de prospections pour des investisseurs étrangers, il tombe sous le charme de la propriété de Sociando-Mallet. Destinée à un investisseur belge, Jean Gautreau acquiert le domaine en friche qui comptait alors 5 hectares de vignes.

Avec beaucoup de patience et de passion, il accroît la superficie du vignoble et modernise toutes les infrastructures. Il vend son entreprise de négoce en 2000 et se consacre à la vigne. Rapidement, la qualité de son vin se fait remarquer. Il devient ainsi une figure incontournable de son appellation. Sylvie Gautreau, fille de Jean, reprend les rennes. Elle assure aujourd’hui la pérennité du domaine, tout en sensibilisant son jeune fils Alexandre au travail de la vigne.


Sylvie Gautreau et son fils

Sylvie Gautreau et son fils

Le vignoble

Le vignoble

Le chai

Le chai

Le terroir du Haut-Médoc

Des vignes qui se jettent dans la Gironde

C’est sur l’appellation Haut-Médoc, au nord de Pauillac, que se situe le domaine du Château Sociando-Mallet. Sur les 120 hectares qui le composent, 83 sont dédiés à la vigne. C’est un terroir de graves, sur sous-sol argilo-calcaire et au climat tempéré, qui accueille les cépages rois de la région. Les vignes, d’un âge moyen de 35 ans, s’étendent donc sur la croupe de Baleyron. Les cépages de cabernet sauvignon (42%), de merlot (54%) et de cabernet franc (4%) profitent des influences de la Gironde. Non loin de l’estuaire, il assure la protection du vignoble contre les aléas climatiques. Les plantations sont assez rapprochées, de manière à créer une compétition entre les vignes. Cette méthode assure que chaque pied saura se concentrer d’arômes puisés dans son terroir. Le vignoble connaît une viticulture parcellaire, raisonnée avec un entretien traditionnel. Le chaussage et déchaussage a lieu une fois par an. Les vignes sont taillées à la médocaine et un épamprage manuel est effectué au printemps.

Le Château Sociando-Mallet met un point d’honneur à laisser le fruit s’exprimer. De cette façon, aucune opération en vert n’est réalisée.


Sociando-Mallet, un incontournable du Haut-Médoc

Un essor qualitatif remarquable

Les 83 hectares de vignes sont vendangés à la main par les équipes soudées de vignerons. Les raisins sont transportés dans de petites cagettes afin de garantir leur qualité. Ils sont ensuite placés sur des tables de tri manuel. Après l’éraflage et le foulage, les baies sont mises en cuves, inox ou béton, thermorégulées pour une vinification parcellaire. Le remontage est effectué quotidiennement pendant la durée des fermentations, qui peut aller jusqu’à 20 jours. Après les macérations, les vins sont placés en barriques de chêne neuf pour une durée de 12 mois. L’ouillage est effectué pendant la vinification, pour palier l’absorption du liquide par le bois neuf. Le soutirage est également pratiqué selon les méthodes traditionnelles. Au bout de ces 12 mois, les vins sont placés en cuves pour 6 mois, afin d’homogénéiser la production. Après le filtrage, les vins sont assemblés et mis en bouteille.

Le Château Sociando-Mallet propose un premier vin et deux seconds vins, qui se rejoignent dans leur complexité. Le Médoc s’accorde à dire que de grands efforts ont été fournis par la famille Gautreau afin de hisser leur production parmi les meilleures. Les vins du domaine sont aujourd’hui des incontournables.