Château Soutard - Bordeaux

C’est à partir de 1513 que la vigne apparaît sur le domaine qui sera plus tard renommé Château Soutard. C’est en 1741 qu’est construit le château. Le vignoble de 60 hectares se compose de merlots, cabernets et malbecs qui jouissent de conditions idéales. La viticulture est minutieuse et la vinification consciencieuse. Le vin du Château Soutard est taillé pour la garde.


Du Domaine de Bourdieu au Château Soutard

Une histoire de plus de 500 ans

L’histoire du Château Soutard est forte de plus de cinq siècles. C’est en 1513 qu'apparaît cette grande ferme, non loin de l’église de Saint-Emilion. Le domaine Du Bourdieu de Mayne de Soutard est acquis en 1699 par Jean Couture qui développera l’activité viticole. Le château que l’on connait aujourd’hui sera construit en 1741. La famille de Monsieur Couturier se consacre à la vigne.

Au XIXe siècle, Jean Lavau l’un des plus grands propriétaires de l’appellation, devient propriétaire du domaine. Le Château Soutard sera ensuite transmis en 1919 à Michel de Ligneris. C’est finalement une grande société d’assurance qui se porte acquéreur du Château en 2006. Dès 2009, le vignoble du Château Cadet Piolat est acheté et incorporé à celui du Château Soutard. En 2012, cette unicité est consacrée par classement. C’est aujourd’hui Bertrand de Villaines qui assure la direction du Château Soutard, Grand Cru Classé et qui assure son rayonnement en France comme à l’étranger.


Le portail du château

Le portail du château

Le château

Le château

Les vignes

Les vignes

Le terroir idéal du Grand Cru Classé

Une viticulture respectueuse

C’est sur le terroir de l’appellation de Saint Emilion que s’étendent les 60 hectares d’un seul tenant du Château Soutard. Il s’agit, d’ailleurs, du premier Château a avoir planté ses vignes en rang. Depuis 5 siècles, les merlots (63%), cabernets francs (28%), cabernets sauvignons (7%) et malbecs (3%) s’alignent donc sur le fameux plateau. Trois types de sols constituent le terroir du Château Soulard. Majoritairement, le plateau se compose d’argile et de calcaire. En côte, c’est l’argile qui domine, tandis qu’en pieds de côté, on retrouve un sol sableux.

La viticulture conduite par Olivier Brunel se veut biologique, sans être certifiée, avec un travail des sols traditionnel. Un chaussage et déchaussage est pratiqué une fois par an et les tailles sont privilégiées aux opérations en vert. La densité de plantation a été augmentée à partir de 2008 pour favoriser la compétitivité des vignes, afin qu’elles se concentrent plus en arômes. Le respect de la plante est le mot d'ordre au vignoble.


Le savoir-faire des équipes de Véronique Corporandi

L’élaboration d’un vin net et droit

Après des vendanges réalisées à la main, c’est Véronique Corporandi qui se charge de la partie vinification. Ainsi, les grappes sont placées pendant une nuit dans des chambres froides, avant d’être triées sur table vibrante le lendemain. Après éraflage, les raisins sont triés une nouvelle fois par densité, afin de ne conserver que les baies les plus mûres. La macération pré-fermentaire s’étale sur une période de 5 jours. Ce sont des cuves tronconiques de 60 hl qui accueillent cet ensemble. L’inox et le bois permettent au maître de chai d’avoir un large choix d’expression pour les cépages. Les fermentations prennent une dizaine de jours avec remontage. Les malolactiques sont ensuite réalisées pour moitié dans les cuves, puis dans les barriques. L’élevage se fait en barriques de chêne, neuf à 60%, durant 18 mois. L’assemblage est assuré par l’équipe de direction du Château Soutard. Le vin sort net, droit et taillé pour la garde. À la dégustation, ce grand cru classé sublime son appellation de Saint-Emilion.