Vins Bordeaux primeurs 2019
Primeurs 2019
Primeurs 2019

Publié le 11 juin 2020 Dans : Actualités de Cavissima, Actualités du vin, Primeurs Bordeaux, Slider home, Vins primeurs Avec 684 Vues

Bordeaux 2019 : Retour des dégustations en Primeurs

Primeurs 2019

La limite des 100 kilomètres à peine levée et voici l’équipe de dégustateurs chocs de Cavissima en route le 1er juin vers Saint-Emilion pour déguster, 4 jours durant, les Bordeaux 2019 en Primeurs. Au programme, une dégustation magistrale de 130 cuvées dans 45 châteaux ! Un véritable marathon à travers Saint-Emilion, Côtes de Castillon, Pomerol, Lalande de Pomerol, Pessac-Léognan, Haut-Médoc, Saint Estèphe, Pauillac, Saint-Julien et Margaux. Nous avons, masque au nez, poussé les portes des Crus Bourgeois, Grands Crus et assimilés ainsi que des 1er Grands Crus Classés.

Le profil des Bordeaux 2019

Le phénomène majeur de 2019 fut une floraison et une véraison peu homogènes, un été en forme de sécheresse avec des nuits fraîches et un mois de septembre ponctué par deux petits épisodes de pluie venant relancer la maturité. Un miracle ! 

Dans l’ensemble, la vendange s’est faite dans des conditions météorologiques idéales offrant au raisin de très bonnes conditions sanitaires. On note des rendements élevés, sauf peut-être dans quelques propriétés à l’ouest de Saint-Julien qui ont vendangé de toutes petites baies.

Les pluies de septembre ont permis de diluer les vins et de faire tomber les degrés d’alcool. Elles ont surtout permis d’extraire facilement la matière et d’offrir aux maîtres de chai des conditions aisées de vinification nécessitant peu de pigeage ou remontage. Il en résulte des tannins d’une grande douceur : les vins sont faciles à boire jeune, disposent d’une belle acidité servant de support à des arômes de fruits mûrs. Nous avons rarement eu dans le verre des arômes aussi intenses et agréables à ce stade de l’élevage.

Pour nous dégustateurs, ce fut un plaisir de goûter ces vins début juin, soit 2 mois après les semaines des Primeurs débutant traditionnellement en avril. Quel bonheur ! Quel plaisir ! Merci à toutes celles et ceux qui nous ont accueillis avec le sourire ; cela fait plaisir de recevoir un accueil sympathique et chaleureux après ces mois de confinement !

Les vins blancs sont frais et tendus

Nous avons eu le plaisir de déguster des vins blancs secs d’une incroyable fraîcheur offrant au cépage sauvignon des arômes précis de fruits blancs, jaunes et exotiques. Les vins sont d’une grande finesse et la qualité est nettement plus élevée et plus homogène en 2019 qu’elle ne l’était en 2018. 

Nous avons aimé les vins de l’appellation Pessac-Léognan (Smith Haut-Lafitte, Pape-Clément, Clémentin de Pape-Clément et Olivier) autant que ceux de la Rive Gauche (Aile d’Argent, Goulée, Arums de Lagrange, Pagodes de Cos et le fameux Pavillon Blanc).

Nos cuvées coups de cœur :

Thierry a apprécié le Château Olivier qui sera d’un rapport qualité-prix sans comparaison. Pour les budgets plus élevés, Aile d’Argent est un vin de très grande facture assimilable à un Corton Charlemagne ! Pour Alice, Pagodes de Cos Blanc est séduisant, tout en finesse, on en redemande encore !

Les Bordeaux rouges 2019 de la Rive droite

À Saint-Emilion comme à Pomerol, nous avons apprécié des vins fruités, charmeurs et souvent crémeux. Partout, une sensation de fraîcheur intense offrait un plaisir accru à la dégustation. Sur les vins de la rive droite, le facteur discriminant étant l’alcool, nous avons évolué sans cesse entre deux types de registres ; soit des vins capables d’intégrer des degrés d’alcool allant de 14 à 14,5°C soit des vins chaleureux. Les premiers offraient des sensations de bouche pleines et/ou ciselées capables d’offrir de l’émotion, les autres étaient finalement courts en bouche.

Notre appellation coup de cœur :

Impossible de répondre à cette question. Je préfère vous dire que les grands terroirs de Pomerol et de Saint-Emilion ont fait des très grands vins. Le stress hydrique est moins élevé sur ces terroirs où s’enracinent les vignes en profondeur. 

Nos cuvées coups de cœur :

Nos deux dégustateurs sont tombés absolument sous le charme de Cheval Blanc. Ils parlent de cette cuvée pleine de finesse avec des trémolos dans la voix. (La perfection n’est pas loin pour ce coup de coeur absolu du millésime 2019.

Thierry a particulièrement apprécié Vieux Château Certan pour son caractère intellectuel et raffiné et enfin Troplong-Mondot qui ne cesse de nous éblouir un peu plus chaque année.

Alice a été marqué par la passion du vigneron du Clos Puy Arnaud et son rapport qualité/prix magnifique. Mais s’il fallait en retenir un, ce serait le Château Lafleur et la dégustation inoubliable des magnifiques cuvées du domaine. On dit “Wahou !”

Les Bordeaux rouges 2019 de la rive gauche 

Toutes les appellations ont donné naissance à de très grands vins, digestes et souples à la dégustation. La Rive Gauche a connu des petites pluies en août, si bien qu’aucun stress hydrique n’a  été enregistré. Là aussi, les vins sont faciles à boire dans la jeunesse et leur belle trame acide nous invite aussi à la garde. Les cabernets sont mûrs : les assemblages ont fait la part belle à ce cépage qui réduit au passage les degrés d’alcool souvent autour de 13,5°C. Les petits verdots entrent souvent dans l’assemblage pour donner une note épicée. Les tannins sont plus cashemires que lisses : un velouté remarquable. Les évolutions vers le bio permettent de renforcer le caractère propre à chaque propriété. Le niveau qualitatif est très homogène. Cela nous rappelle un certain 2016.

Notre appellation coup de cœur :

Saint-Julien pourrait peut-être se détacher devant Pauillac, tant nous avons goûté un niveau très élevé et vraiment homogène. Mais que dire des grands Saint-Estèphe et des Margaux ? Cher dégustateur : il n’y a pas beaucoup d’erreur à faire dans une optique d’achat.

Nos coups de cœur :

Thierry a envie de citer 3 vins qui selon lui progressent le plus : Gruaud Larose avec des tannins d’une élégance rare et une très belle longueur – un vin majestueux chargé de belles vibrations.

Durfort-Vivens, un ovni dans la planète Margaux avec un double effet thixotrope et aérien au service d’un fruit exquis. Et enfin Calon-Ségur, dont le style ne cesse de s’affirmer vers plus de délicatesse et de raffinement.

Première découverte de Château Margaux pour Alice qui a été marquée par l’élégance et l’intensité de ses vins. Le Château Léoville-Poyferré à Saint-Julien est également remarquable dans un style plus subtil et élégant que ses voisins. 

Avec des étoiles pleins la tête, nous sommes rentrés le 5 juin au soir. La lune de Fraise éclairait de tout son éclat notre route. Nous revivions alors, sur ce long trajet de retour à Lyon, le souvenir de toutes ces dégustations magiques. À vos Caves, prêts, partez !

bannière primeurs 2019

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *