Vins Bordeaux primeurs 2015
schema récapitualtif
schema récapitualtif

Publié le 24 août 2018 Dans : Culture générale du vin Avec 777 Vues

LE SAVIEZ-VOUS ? La classification des vins

 

 

Appellation d’origine contrôlée, Grand Cru, IGP …. Comment s’y retrouver ?
Cet article tentera d’éclaircir les nuances dans la classification des vins et nous verrons notamment les différences régionales. 

 

Les grandes catégories

 

Pour commencer, on distingue 2 grandes catégories : les VSIG et les IG.
Sans s’attarder sur les « vins sans indication géographique » (VSIG), aussi connu sous le nom de vin de France, intéressons nous aux IG.

Les IG, “vins avec indication géographique” offrent une première garantie de qualité. On considère un vin comme un IG dès lors que l’on peut clairement identifier sa provenance. Celle-ci doit être unique et délimitée.

Ensuite, au sein de ces IG, on retrouve 2 sous-catégories :
Résultat de recherche d'images pour "logo igp png"


– les IGP, ou indication d’origine protégée : vins qui proviennent de zones géographiques délimitées de taille variable. Ils sont soumis à un cahier des charges  et des contrôles de qualité. Les cépages dont sont composés les IGP doivent faire partie d’une certaine liste, propre à chaque “région” délimitée.
ex : IGP Val de Loire, Pays d’OC, Côtes-de-Gascogne,…

Résultat de recherche d'images pour "logo aop png"
– les AOP, ou appellation d’origine protégée : basée sur les mêmes principes que l’IGP, cette catégorie est plus stricte en terme de mode d’élaboration des vins et de la viticulture. Le type de sol est par exemple contrôlé, et la liste des cépages est moins large qu’en IGP. Elle prend en compte des aires de production plus restreinte également. Leur rapport au terroir est donc plus significatif.
ex : AOP Saint-Emilion, Châteauneuf-du-Pape,…


L’ensemble de cette classification est régie par le cahier des charges de l’INAO, publié par le ministère de l’Agriculture, et vaut pour toutes les régions. Quelque soit le vin que vous dégustez, sa catégorie fait partie des mentions obligatoires. Aussi, en observant son étiquette vous pourrez savoir à quelle catégorie il appartient.  

Ces niveaux de classification ont été modifiés en 2009 et répondent à la nouvelle réglementation européenne en vigueur. Ainsi, les AOC sont devenus les AOP, les vins de pays correspondent aux IGP et ce qu’on appelait vin de table s’appelle désormais vin de France.

 


La notion de cru


Au delà de cette première distinction, voyons maintenant la notion de “cru”.
En bref, le terme “cru” désigne un niveau de qualité supérieure dans le vin. Il s’applique donc uniquement aux AOP.

Pour cette hiérarchisation il n’existe aucune règle au niveau national, et donc aucune homogénéité. Ce sont les régions viticoles qui au fil du temps ont établi leur(s) classement(s) avec leurs propres critères.

 


À Bordeaux…

 

Le plus vieux classement des vins, celui qui fait aujourd’hui référence, a été réalisé à l’occasion de l’exposition universelle de 1855. Cette hiérarchisation des vins aujourd’hui appelée “Classement des crus de 1855” ou “Classification des vins de Bordeaux de 1855” s’est faite à la demande de l’empereur Napoléon III. Il voulait alors mettre à l’honneur les vins de Bordeaux et plus spécifiquement l’appellation Médoc
Les vins étaient alors évalués sur 2 critères : le prix du grand vin sur les dernières décennies et, étrangement, la beauté des bâtisses abritant ces crus.
Finalement, 61 vins rouges répartis en 5 niveaux de Grands Crus apparaissent dans ce classement (Premier Grand Cru, Deuxième Grand Cru, Troisième..).

Les Premiers Grands Crus, les mieux notés par ce classement, sont aujourd’hui considérés comme des Vins d’Exceptions et reconnus dans le monde entier. Il s’agit des Châteaux :
       * Haut-Brion
       * Lafite-Rothschild
       * Margaux
       * Latour
       * Mouton-Rothschild

NB: À l’exception du Château Mouton-Rothschild, promu au rang de “Premier Grand Cru Classé” en 1973, aucune modification n’a été apportée à cette classification depuis 1855.

Pour les vins de Bordeaux, il existe d’autres classements. Il s’agit du :
     – Classement des Graves (1959)
     – Classement de Saint-Émilion (1955). Ce classement est revu tous les 10 ans.
     – Classement des Crus Bourgeois du Médoc (1932). Celui-ci est revu chaque année.
     – Classement des Crus Artisans du Médoc (1989)

Parmi ces classements, celui de Saint-Émilion est particulièrement observé.
Le haut de ce classement est constitué des “Premiers Grands Crus Classés A de Saint-Emilion” parmi lesquels figurent les Châteaux suivants :
      * Angélus
      * Ausone
      * Cheval-Blanc
      * Pavie


En Bourgogne… 


Les grands vins de Bourgogne se distinguent en 2 niveaux et peuvent obtenir les titres de « Grand Cru » ou de « Premier Cru ».
A l’inverse du bordelais, ce ne sont pas les châteaux qui ont été classés, ce sont les terroirs. Ceux considérés comme Grands Crus sont au nombre de 33, et se situent en Chablis, Côte de Nuit, et Côte de Beaune.
Il existe ensuite 562 Premiers Crus, répartis sur 28 appellations de vins de Bourgogne.
Cette classification fait foi depuis 1935.


En Provence…


Dans le sud de la France c’est la mention “Cru classé” qui a été adoptée. On la retrouve pour 18 domaines différents. Le classement d’origine date de 1955.


En Alsace…


Tout aussi simplement, en Alsace on ne trouve que la distinction de “Grand Cru”. Elle comprend une liste de producteurs bien plus étoffée que dans les autres régions (+ de 1000 domaines répertoriés). 

 

L’absence des vins du Rhône n’est pas un oubli. Il n’y a bel et bien pas de classement officiel des grands vins de cette région.

RECAP :

schema récapitualtif

 


Enfin, si ces classifications sont une garantie de qualité, une absence dans un classement n’empêchera pas un domaine ou certaines cuvées d’être considérées comme des grands vins !

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *