Vins Bordeaux primeurs 2019
Bordeaux vignoble
Bordeaux vignoble

Publié le 17 juin 2020 Dans : Actualités, Actualités du vin, Slider home Avec 480 Vues

Horizon 2021 : les 5 défis de Bordeaux


Bordeaux vignobleLes Primeurs 2019 ont été l’occasion pour l’équipe de Cavissima de se plonger au cœur du vignoble bordelais. 130 cuvées et 44 Châteaux plus tard, nous arrivons à un constat : Bordeaux a devant lui 5 défis majeurs à relever ! 

1. L’adaptation au réchauffement climatique

Les températures augmentent et cela se ressent dans le vignoble et les vins bordelais. Ça a chauffé en 2019 avec une augmentation de 1 à 2°C de plus chaque mois par rapport à 2018 ! Nous avons enregistré des records de températures avec plus de 40°C au mois de juillet. Des grosses chaleurs qui font écho à des épisodes extrêmes de sécheresse, de gel ou de grêle durant l’année. Ces conditions climatiques extrêmes ont un impact sur les vignes qui profitent du soleil et du manque d’eau pour concentrer les arômes et les niveaux d’alcool. Les vins de la rive gauche flirtent avec les 14,5°C quand la rive droite peine à se maintenir en dessous de 14°C. 

L’enjeu est donc de garder de la fraîcheur et de baisser le niveau d’alcool à son maximum.

Pour cela, plusieurs techniques sont utilisées : 

  • La désalcoolisation par osmose inverse : il s’agit d’extraire l’alcool qui se trouve en excès dans le vin. On extrait du vin un perméat composé d’alcool et d’eau, on retire l’alcool de ce perméat par filtration avant de le mélanger de nouveau à l’ensemble du vin. La quantité d’alcool totale est ainsi diminuée.  
  • L’emploi de cabernet sauvignon et cabernet franc est généralisé car ils gardent de la fraîcheur et sont moins alcooleux que le merlot.
  • Des vendanges plus précoces pour conserver un fruit éclatant. 
  • Une extraction plus douce et une fermentation à froid pour garder les arômes de fruits frais et croquants plutôt que cuits.
  • L’élevage en fût de chêne moins marqué ou en amphore, toujours pour garder la fraîcheur du fruit.

2. Beaucoup plus de bio à Bordeaux

Face au réchauffement climatique, on assiste au développement rapide de la culture biologique ou biodynamique ou de la mise en place d’une qualification HVE3 (Haute Valeur Environnementale). Bordeaux, qu’on a longtemps accusé d’être en retard dans ce domaine, réduit l’écart peu à peu. Les efforts des viticulteurs sont certains mais le climat océanique rend la pratique du bio plus difficile. Des initiatives sont prises au niveau interprofessionnel ou au niveau des appellations (à Margaux par exemple) pour démocratiser ces pratiques plus respectueuses de l’environnement. 

Le Château Smith-Haut Lafitte, par exemple, a obtenu son label Agriculture Biologique depuis 10 ans et favorise l’économie circulaire. Il réduit les pertes, recycle ses matières organiques et produit l’énergie nécessaire à son fonctionnement. Une démarche complète et innovante qui devrait atteindre des sommets avec la conversion du domaine en biodynamie prévue pour 2020.

Qu’elle soit affichée (comme à Dufort-Vivens à Margaux ou au Clos Puy Arnaud) ou non revendiquée (Les Carmes Haut-Brion, Lafleur), l’agriculture bio, en biodynamie ou au moins en raisonnée, commencent à s’imposer comme un enjeu majeur de la viticulture bordelaise des prochaines années.

3. Des Bordeaux à prix (un peu plus) justes

Les prix semblent s’inscrire de nouveau dans la réalité du marché. En effet, pendant la crise sanitaire, les restaurateurs ont diminué leurs commandes, les marchés étrangers se sont refermés. S’ajoute à cela la taxe américaine sur les vins français et les tensions sur le marché chinois et hongkongais. Les domaines bordelais ont dû adapter leurs prix à un contexte économique compliqué. Ils ne peuvent plus céder à la tentation de présenter des prix systématiquement plus chers que ceux du voisin. 

La crise actuelle pourrait être l’opportunité d’ajuster les prix sans remettre en question la qualité indéniable des cuvées. Cette baisse des prix permettrait également de liquider les stocks qui s’accumulent dans les caves. En effet, les prix des dernières campagnes primeurs étaient très élevés.

Selon les premières sorties primeurs, le prix des Grands Crus devraient dévisser et les petits domaines devraient maintenir leurs prix. De cette manière, la valeur des produits de milieu de gamme serait plus en adéquation avec le prix de leurs grands frères. Bonne nouvelle : on assiste peut-être à un réajustement des prix des vins de Bordeaux, affaire à suivre.

4. Changement de discours : moins de dynastie, plus de dynamisme

Comme nous l’a affirmé Philippe Magrez, co-président du groupe Gérard Magrez, propriétaire de 4 Grands Crus Classés de Bordeaux et producteur d’une large gamme de vins, “les habitudes de consommation changent”. Le consommateur ne cherche plus forcément le prestige, l’héritage, les dynasties familiales ou la performance technique. Les domaines bordelais doivent faire voyager à travers leurs cuvées, raconter une histoire, améliorer la proximité avec le vigneron, le terroir et la vigne. 

Le Château Beauregard à Pomerol va prochainement lancer dans ses magnifiques jardins un parcours initiatiques au vin, à la viticulture, à l’écologie et aux senteurs. Il accueillera le public en quête d’initiation à son métier merveilleux.

Au Château Canon, les dégustateurs professionnels viennent dans les caves pour déguster sur le fût et à la pipette, les vins qui serviront à l’assemblage final.

En d’autres termes, le vignoble bordelais reprend peu à peu le contact avec le consommateur. Cela passe aussi par la production de cuvées plus accessibles à une dégustation rapide. Fini les élevages 100% fûts neufs, place aux vins de goût, fruit du terroir. La course à la qualité intègre désormais une volonté de réaliser un vrai vin de terroir : la Bourgogne est de plus en plus citée en exemple. Ici on reprendra les travaux de Jayer sur le végétal, là on reproduira le travail des tonneliers bourguignons, enfin on commencera à réintroduire de la grappe entière, quand c’est possible et valorisant pour le vin. 

On assiste aussi à l’émergence de l’utilisation de l’amphore. Ces contenants en terres cuites font leur apparition dans la vinification et l’élevage de certains des crus bordelais. Ils préservent l’éclat du fruit et de la fraîcheur. Le terroir s’exprime parfaitement à travers ces cuvées. Pour finir, on cherche à produire des cuvées gorgées de fruits, qui témoignent de la richesse du terroir, en adéquation avec les désirs des nouveaux consommateurs.

 5. E-commerce et e-dégustation

À l’heure où les consommateurs ont besoin de liens avec le producteur, les domaines s’adaptent et partagent le quotidien des domaines. On avait déjà vu des progrès dans le secteur de l’œnotourisme : multiplication des dégustations au domaine, traduction des supports de communication dans plusieurs langues, etc.  

Avec la crise sanitaire, les domaines vont plus loin et produisent de plus en plus de contenus en ligne. Le Château Lagrange, Grand Cru Classé de Saint-Julien a notamment publié “Les Entretiens Confinés” pour partager avec les consommateurs. Aussi, avec les primeurs retardées, certains domaines ont organisé des dégustations par Skype. Les journalistes ont essayé de communiquer au mieux sur la qualité du millésime 2019. 

Bordeaux a d’abord ouvert ses portes pour que les visiteurs viennent à eux. Aujourd’hui, Bordeaux s’invite directement chez le consommateur et se rend plus accessible. Cela nous réjouit ! L’équipe de Cavissima a d’ailleurs été très bien reçue dans les Châteaux. Les équipes des domaines sont prêtes à utiliser l’e-commerce comme un levier qualitatif. L’objectif est de faire le lien entre le vignoble et le consommateur.

bannière primeurs 2019

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *