Vins Bordeaux primeurs 2015

Publié le 5 décembre 2018 Dans : Culture générale du vin Avec 170 Vues

Qu’est ce qu’un bon Champagne ?


Vous avez dit Champagne ? Quand les fêtes approchent, les envies de bulles arrivent…
Cette boisson résolument festive est le fruit d’une passionnante histoire de découvertes, de savoir-faire et de passion.
Dans cet article, Cavissima vous révèle les secrets de ces bulles qui participent à la renommée de notre chère France.
Redéfinissons ensemble l’identité Champenoise.


coupes de champagne

 

Un Champagne, c’est quoi ?


Le Champagne, que l’on appelle également vin de Champagne est un vin effervescent issu d’une appellation d’origine protégée.
Les principales spécificités de ce vin se définissent sur 4 axes complémentaires :
– la délimitation géographique
– les cépages
– les rendements
– Et l’ensemble des techniques d’élaboration

Ainsi, ce vin est associé à une région du Nord-Est de la France, région d’où il tire son nom : la Champagne.
Sur ce terroir particulier pourraient pousser différents cépages mais seuls le Pinot noir, le Pinot Meunier et le Chardonnay sont autorisés dans la composition du fameux breuvage.
Ensuite, selon le cahier des charges de l’appellation, le rendement des parcelles doit être compris entre 10 400 kg (soit  65 hL/ha) et 15 500 kg (97 hL/ha). Il s’agit là d’un rendement élevé par rapport aux rendements habituels, mais il est à nuancer de par la forte densité des pieds de vignes.
[ A noter que la région Champenoise possède une particularité et exprime les rendements en kilogrammes de raisins par hectare, contrairement aux autres vignobles qui l’expriment en hectolitres par hectares. ]
Et enfin, le Champagne – pour pouvoir être appelé ainsi – se doit de suivre scrupuleusement la méthode champenoise pour faire mousser son vin. Méthode impulsée au XVIIe siècle que nous découvrirons en détail dans l’article suivant.


La Diversité des Champagnes


Ensuite, en fonction des techniques adoptées, les producteurs de Champagne peuvent donner une typicité particulière à leur cru. Chaque année ces choix sont remis en question par les Maisons de Champagne afin de préserver le style de vin qui leur est propre. Le produit Champagne est ainsi constitué d’une grande diversité de sous-produits.

 

Déclinaisons du Champagne Classique

Premièrement, les vignerons peuvent élargir leur gamme en modifiant la fin de la “recette” de leur Champagne, un peu comme une personnalisation. En effet, la dernière étape de l’élaboration du champagne (ICI en infographie), consiste à intégrer une liqueur de dosage (aussi appelée liqueur d’expédition) avant la mise en bouteille. Cette quantité de liqueur dépend du style de champagne souhaité.
Les vignerons choisissent alors:
–  Brut Nature ou “dosage zéro”, qui implique qu’aucun sucre n’a été ajouté,
–  Extra-brut (0 à 6 g/L)
–  Brut (< 12 g/L)
–  Extra-Sec (12 à 17 g/L)
–  Sec (17 à 32 g/L)
Demi-Sec (32 à 50 g/L)
– Et enfin, Doux, dosé à plus de 50 g/L.

Découvrez par exemple cette cuvée brute signée L&S Cheurlin. Gourmande et équilibrée, elle fait des merveilles en apéritif !


Champagne rosé

Au-delà des déclinaisons du Champagne classique, les vignerons peuvent, par exemple, décider d’élaborer un champagne rosé.
On peut l’obtenir de 2 manières. En effet, il peut être issu d’un rosé de “saignée”, c’est à dire que les pigments qui se trouvent dans les peaux des raisins noirs sont laissés en contact avec le jus et vont le colorer.
Ou il peut venir d’un assemblage entre jus de raisin rouge et jus de raisin blanc. ATTENTION, le Champagne rosé est le seul rosé Français qui suit ce processus de “mélange” !

En Champagne Rosé, rien de tel que le Vintage Rosé de Louis Roederer. Un Champagne fruité et gourmand à déguster à tout moment du jour et de la nuit !

 

Champagne en monocépage : Blanc de blanc et Blanc de noir
3 flutes de champagne remplies

 

Lors de l’assemblage, l’oenologue peut également décider de réaliser une cuvée en monocépage. 
Ainsi, les Blanc de blancs sont des Champagnes issus du seul cépage blanc, donc 100% à base de Chardonnay. On en vante la fraîcheur et la délicatesse.
On trouve également les Blancs de Noirs, à partir du Pinot Noir ou du Meunier (ou les 2). Ce sont là des vins intéressants, à vocation plus gastronomique, mais qui peinent à trouver leur public.  

Cuvée Longitude de Larmandier-Bernier : un Blanc de Blancs en biodynamie tout en élégance !


Champagne millésimé

Enfin, contrairement à la grande majorité des autres vins, le Champagne est constitué d’un assemblage de crus d’années diverses. Là encore, la décision de la répartition des différentes cuvées portera la signature de la Maison.
Vous pouvez cependant trouver des Champagnes millésimés. Ces cuvées atypiques sont élaborées lors d’années exceptionnelles et, bien qu’en dehors de la ligne habituelle, elles honorent largement l’image des Maisons.

La Maison de Champagne Larmandier-Bernier a sorti en 2012 « Terres de Vertu », un Champagne millésimé d’une grâce magnifique.

 

« Il n’est Champagne que de la Champagne ! »


Appellation Champagne Protégée

 

La rançon du succès

Symbole d’un art de vivre joyeux et élégant, le Champagne bénéficie depuis le XVIIIe siècle d’une notoriété qui dépasse les frontières de la France.
Cependant, après la Première Guerre Mondiale, cette douce boisson a subi la rançon de son succès. Au vu de l’engouement pour ce vin effervescent, nombre de producteurs sont entrés sur le marché et l’élargissement de la production a ainsi provoqué d’importantes disparités qualitatives.
Afin de laisser au “vrai” Champagne le prestige qu’il mérite et d’en garantir l’authenticité au consommateur, il a fallu combattre sur le terrain juridique.
Une première association puis un syndicat ont vu le jour dès les années 1850. Il a cependant fallu attendre 1930 pour obtenir la délimitation géographique de la région Champagne. Le travail a d’ailleurs été poussé plus loin que dans les autres régions (au moins à l’époque), puisqu’on a recensé les numéros d’enregistrement au cadastre de chaque parcelle concernée.


La protection de l’appellation

L’AOC (appellation d’origine contrôlée) est obtenue en 1936. Avec l’harmonisation européenne, elle a pris le nom d’appellation d’origine protégée Champagne.
Aujourd’hui, la garantie de qualité des champagnes provient notamment de la défense très active de cette l’AOP, assurée principalement par le CIVC. Le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne a été créé en 1941 afin que vignerons et Maisons puissent bénéficier d’un outil efficace pour protéger leur patrimoine commun.
Ainsi, d’importantes précautions ont été établies pour renforcer l’image du vin de Champagne et éloigner les tentatives d’usurpations. On en retient 4 directives clés :
– Premièrement, dans la région délimitée Champagne, on ne peut produire que du raisin destiné à faire du vin de Champagne.
– Ensuite, les autres vins mousseux sont interdits dans le cadre géographique champenois.
– Troisièmement, l’élaboration des Champagnes doit être complète avant de sortir de leur région d’origine. Ceci inclut même l’étape finale d’habillage de la bouteille.
– Enfin, les locaux d’élaboration (où l’on rend le vin effervescent) ne peuvent accueillir que des vins accompagnés d’un “acquit à caution champagne”. Ce titre de mouvement délivré par les services fiscaux garantit l’origine et la nature du précieux jus.

Une longue série de compléments et de retouches sont venus perfectionner ce squelette.


Ainsi, ces contraintes auto-imposées permettent aux vins de Champagne de protéger leur identité, forte de deux siècles de tradition et de savoir-faire. Une bouteille estampillée “Champagne” est donc gage d’un certain niveau d’efforts… et de qualité !

 

Enfin, découvrez le Champagne coup de cœur de l’équipe Cavissima : Chloé de la Maison de Champagne Vincent Couche. Une petite merveille en cuvée confidentielle…

En savoir plus sur les origines du Champagne… 

Infographie sur l’élaboration du Champagne

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *