Château Langoa Barton - Bordeaux

L’histoire viticole du Château Langoa Barton débute en 1821. La dynastie Barton, qui en a la charge, naît en 1722. C’est la passion pour la vigne qui guide les générations d’émigrés irlandais à se surpasser à chaque millésime. Sur l’appellation Saint-Julien, les 20 hectares de vignes, plantés en cabernet sauvignon, merlot et cabernet franc jouissent d’une situation géologique et géographique idéale. L’extrême rigueur dont font preuve les équipes du Château côtoie l’ambition de faire de ce Troisième Grand Cru Classé un vin qui sublime les moments de dégustation.

L’histoire du Château Langoa Barton

Entre l’Irlande et Bordeaux

L’histoire de la famille Barton débute en 1722. C’est en voyageant à Bordeaux que Thomas Barton découvre les subtilités du monde viticole. Même s’il n’était pas destiné à exercer le métier de négociant, il s’installe dans la région et fonde son entreprise de négoce. Son successeur, William, aura trois filles et quatre fils. C’est le quatrième, Hugh qui héritera des affaires bordelaises de la dynastie.

L’aristocratie irlandaise survit à la Révolution Française de 1789 et malgré quelques tensions, la famille Barton est autorisée à continuer son commerce. En 1855 le vignoble du Château Langoa Barton se voit classé parmi les Troisièmes Grands Crus de l’appellation Saint-Julien.

La Seconde Guerre Mondiale impacte de façon considérable le vignoble. Ronald Barton, qui s’était engagé aux côtés des anglais durant le conflit revient au domaine et entreprend de lui redonner ses lettres de noblesse. Son désir de faire perdurer le patrimoine légué par ses ancêtres était centrale dans cette entreprise. Cette remise en état est un succès. La Guerre Froide privant le Château de ses possibilités d’export, la famille travaille au perfectionnement de ses techniques de viticulture et de vinification.

Aujourd’hui, la 9ème génération, représentée par Lilian Barton et son mari Michel Sartonius, s’apprête à transmettre le flambeau aux enfants Barton.

Chai du Château Langoa Barton

Chai du Château Langoa Barton

Lilian Barton

Lilian Barton

Vins du Château Langoa Barton

Vins du Château Langoa Barton

L’appellation Saint-Julien

L’élaboration d’un vin de terroir

C’est sur la commune de Saint-Julien, dans le médoc, que se situe le Château Langoa Barton. Ce troisième Grand Cru Classé s’étend sur une surface de 20 hectares. C’est sur un sol de graves sur sous-sol d’argiles que sont plantés les ceps de cabernet sauvignon (57%), de merlot (34%) et de cabernet franc (9%). Ces cépages rois de l’appellation sont orientés face au fleuve et jouissent d’une exposition idéale pour la concentration des baies.

Selon Anthony Barton, père de Lilian, l’appellation où se situe le vignoble est celle qui préserve le mieux les raisins des fluctuations météorologiques. Mais la localité et les conditions climatiques, seules, ne permettent pas d’élaborer des vins d’aussi grande qualité. La régularité exemplaire dont fait preuve à chaque étape de la viticulture les équipes du Château Langoa Barton participe grandement à la réputation des vins du domaine. Une part de mystère reste préservée cependant.

C’est une viticulture traditionnelle qui est pratiquée exempt d’engrais chimiques et de désherbants. C’est le désir d’obtenir un vin de terroir qui anime le Château Langoa Barton. Pour preuve, ce domaine connaît les mêmes techniques que son homologue, le Château Léoville Barton, et seul le terroir change. Ainsi c’est un pari réussi.


La passion de l’élaboration

« Le vin compte autant que le moment »

Après des vendanges manuelles, les raisins connaissent une sélection drastique. Le Château se veut particulièrement exigeant dans la composition de ses vins, et cela commence par le choix des baies.

Ces dernières sont ensuite placées dans des cuves bois thermorégulées pour une durée qui oscille de 7 à 10 jours. Le remontage est pratiqué selon les millésimes. Après une extraction douce, les vins sont macérés pendant trois semaines. Ils connaissent ensuite un élevage de 16 à 18 mois, en fûts de chêne français (60% neuf). Les Châteaux Léoville Barton et Langoa Barton se partagent les caves.

Jacques et Eric Boissenot assistent le Château Langoa Barton dans l’assemblage. Ce sont des vins fruités, juteux et séduisants qui se dévoilent. Anthony Barton met un point d’honneur à expliquer que la qualité du vin compte autant que le moment et les personnes avec qui il est dégusté. « Ce qui compte pour un vin est qu’il soit buvable » explique-t-il, « mais ce qui impacte la dégustation est le moment qui se créé autour du vin. ».