Vins Bordeaux primeurs 2019
Dégustation en Bourgogne
Dégustation en Bourgogne

Publié le 10 février 2020 Dans : Actualités, Slider home Avec 1310 Vues

Périple hivernal en Bourgogne

Vignoble bourguignon

14 janvier 2020, nous partons en direction de Beaune avec Thierry Goddet, dirigeant de Cavissima. Le programme est chargé de trois dégustations et nous en avons l’eau à la bouche. Nous nous rendons dans un premier temps au domaine de Sylvie Esmonin pour une dégustation d’exception.

Dégustation chez Sylvie Esmonin 

Après 1h30 de route, nous arrivons au domaine de Sylvie Esmonin en Gevrey-Chambertin. Dans la cour, la vue est magnifique, face à nous, s’étendent les vignes du Clos Saint-Jacques. Le propriétaire nous accueille et nous mène jusqu’à la cave. 

On rentre dans le vif du sujet avec le Gevrey-Chambertin Village. Le Domaine utilise 60% de vendange entière. Lors de la vinification, la vendange est vinifiée sans que le raisin soit séparé de la rafle. Cela apporte une incroyable fraîcheur au vin. La dégustation continue et tour à tour les cuvées Vieilles Vignes et Clos Saint Jacques nous dévoilent leurs secrets.

Nous sommes frappés par l’intensité de la couleur des vins. On a cherché à connaître le secret de la viticultrice. Pour elle, cette couleur encre vient de la taille des baies qui sont toutes petites et à l’épaisseur importante de la peau du pinot noir. Certains pieds sont très vieux, pour la cuvées Vieilles Vignes on parle d’une centaine d’années. À cet âge là, la production se ralentit. Le ratio peau-jus est plus important, les arômes sont plus concentrés.

Il est presque midi, les ventres gargouillent. La vigneronne en profite pour nous conter les talents de cuisinier de son mari. Avec tout le temps qu’elle passe dans la vigne, elle avoue ne pas être un cordon bleu hors pair. On comprend que toutes les décisions concernant le vin viennent d’elle. Encore 10 ans d’activité en perspective pour celle que l’on nomme Parpallou (papillon). Sacrée personnage, pleine d’énergie et de caractère qui met tout son coeur, son savoir-faire et sa passion à la conduite en bio de son joli domaine.

Château de La Tour 

Petit arrêt dans un relais bourguignon pour reprendre des forces et nous voilà déjà au Château de La Tour au coeur du Clos de Vougeot. Le domaine possède 6 hectares des 50 hectares du clos. Il en est le propriétaire principal et le seul des 80 propriétaires à vinifier en son sein. 

On rencontre alors François Labet qui a repris le domaine familial. Il vinifie en bio et en biodynamie avec une exigence incroyable. 

Château de La Tour

Chez eux, on fait de la “oak couture”, comprenez un élevage des vins du domaine dans des fûts conçus en fonction de la typicité de la cuvée bien sûr… et du millésime. Le tonnelier travaille avec le vigneron et ajuste la chauffe du fût après dégustation des échantillons de l’année. Pour Monsieur Labet, ce n’est pas le tout d’être bien né. Il s’agit aussi d’être bien élevé. 

S’en suit une superbe dégustation, Bourgogne Rouge, Clos du dessus des Marconnets, le Beaune 1er Cru aux Coucherias, Clos Vougeot Grand Cru Vieilles Vignes en 2018 et 2017 défilent. Les vins sont gourmands, avec une belle minéralité, signés par cette note mentholée tout en fraîcheur. 

Pour terminer, nous dégustons la cuvée Vieilles Vignes en 2016, 2015, 2014 et 2013 et nous comprenons la diversité de ce fabuleux terroir. Le potentiel de garde de ces vins est incroyable et chaque millésime nous surprend par sa typicité. 

Domaine Jacques Prieur 

Nous terminons cette belle journée de dégustation avec le Domaine Jacques Prieur et la rencontre d’Edouard Labruyère. Sa famille, originaire du Beaujolais, possède également un domaine à Bordeaux et s’est implantée en Champagne. Avec ses 14 premiers crus et 9 Grands Crus, le domaine offre un panel de superbes cuvées toutes plus typiques les unes que les autres. 

Nous avons le plaisir de déguster leurs Clos Vougeot, Meursault Clos de Mazeray, Beaune Champs-Pimont Premier cru, Volnay Santenot 1er Cru, Puligny Montrachet Les Combettes en 2017. Si les rouges sont magnifiques, les blancs sont sublimes.

Monsieur Labruyère est exigeant, lui qui ne revendiquait pas son label bio est en route pour une certification en biodynamie. Conscient des enjeux que connaît la Bourgogne, il met un point d’honneur à pousser la qualité de ses cuvées à leur maximum. Une ambition et une passion guidées avant tout par l’envie de léguer aux futures générations un patrimoine le plus propre possible.

Domaine Jacques Prieur

Nous repartons dans notre Lyon natal, comblés de bonnes rencontres et de dégustations magnifiques. Vous pouvez retrouver le Château De Latour et le domaine Jacques Prieur sur Cavissima.com. De quoi découvrir ces domaines en attendant le prochain périple dans les vignobles. 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *