Vins Bordeaux primeurs 2015
vins-roses-cavissima-blog
vins-roses-cavissima-blog

Publié le 6 juin 2019 Dans : A la découverte du monde du vin, Culture générale du vin, L'actualité de Cavissima Avec 430 Vues

Des vin rosés pour rafraîchir votre été

C’est officiel, l’été approche à grand pas et il faut préparer ses vins rosés. Le 21 juin, jour le plus long de l’année, marquera en musique le début de l’été. Pour tous, la belle saison rime avec terrasse, afterwork, bain de soleil et pourquoi pas un verre de vin rosé ! L’équipe Cavissima a sélectionné pour vous quelques vins rosés qui sauront sublimer vos moments de détente en bord de plage, de piscine ou de rivière, pour les plus aventureux.

Riche de sa palette de 7 couleurs, le rosé enchante toutes les tables. De nombreuses questions entourent ce vin. D’où vient le rosé ? comment le fabrique-t-on ? Lequel choisir ? Nous vous expliquons tout dans cet article, avec quelques suggestions de vins rosés, évidemment !

vins-roses-cavissima

 

D’où vient le vin rosé ? De l’Egypte des Pharaons aux terrasses de Provence

Si la viticulture se pratique depuis l’époque des pharaons, elle se développe avec les grecs et les romains. Après les vendanges, les raisins étaient foulés, puis placés à la fermentation. Ils ne connaissaient ni cuvaison, ni élevage en barrique. Le vin produit, sans contact prolongé avec les peaux, n’était alors que très peu teinté. Par conséquent, le rosé apparaît très tôt, sans pour autant porter ce nom. Ce vinum clarum « vin clair » est, dès le début de l’activité viticole, bien présent aux tables des amateurs. Avec le développement du commerce maritime et fluvial, que maîtrisent déjà les romains, le rosé se fait connaître. Cependant, il devra attendre quelques siècles avant de trouver son identité et qu’on lui donne un nom propre.

C’est donc en 1300 que le terme « rosé » apparaît officiellement pour la première fois. Le terme est à l’initiative de l’écrivain irlandais Jofroi de Waterford mais tombe très rapidement dans l’oubli. Il faudra attendre 300 ans avant de le retrouver. En effet, il est remis sur le devant de la scène avec le dictionnaire de Pierre Richelet, en 1680. Deux ans plus tard, le rosé devient une boisson très demandée à la Cour du roi Louis XIV. Le vin gagne alors ses lettres de noblesse grâce à un vigneron d’Argenteuil.

Progressivement, ce vin conquiert le Jura, la Bourgogne et Bordeaux. Après avoir fait le tour de la France, il revient dans la première région à l’avoir accueilli : la Provence.  À ce titre, Tavel sera la première appellation d’origine contrôlée à produire du vin rosé dans le Sud de la France. Concernant la Provence, il faudra attendre 1936 pour qu’elle adopte avec assurance le style de vinification du rosé. Aujourd’hui, ce vin représente 40% de la production régionale.

Comment fabrique-t-on le vin rosé ? Les multiples techniques de vinification

Aujourd’hui, on reconnait trois techniques pour fabriquer le rosé.

Le rosé de saignée

La technique du rosé de saignée est la plus connue et répandue pour la fabrication du rosé. Elle est, en effet, similaire à celle utilisée dans la confection des vins rouges. Les baies de cépages rouges macèrent en cuve pendant une durée de six heures maximum, avant pressurage. Les jus récupérés permettent la création du rosé.

La vinification selon la méthode des vins blancs

Cette méthode consiste en un foulage et un pressurage rapide. Les peaux colorent tout de même les moûts. Ensuite, la fermentation des jus de raisins s’étale sur une durée de 10 à 14 jours.

Le mélange des vins rouges et blancs

En réalité, il ne s’agit pas d’un assemblage de vins déjà fermentés. En effet, c’est un mélange des moûts issus de cépages rouges et de cépages blancs. Les vignerons français, excepté en Champagne, ne pratiquent pas cette méthode. Seuls les vignerons champenois pratiquent les assemblages afin de créer leurs Champagnes rosés. Néanmoins, cette méthode donne naissance à 15% de la production mondiale de rosé.

Si, a priori, la technique de vinification influence énormément le vin rosé dans sa structure, ce n’est pas les seuls éléments à prendre en compte. Ainsi, interviennent aussi :

  • • la qualité des cépages ;
  • • les dates et de récoltes et le moment où elles sont effectuées (nuit, matin, etc.) ;
  • • les températures et temps de macération.

 

Notre sélection de vins rosés, tout pour sublimer vos réceptions estivales

Cavissima vous propose un instantané de la route des vins, du Languedoc-Roussillon jusqu’en Provence. Notre équipe a sélectionné pour vous quelques pépites pour sublimer vos réceptions.

Le Château de l’Engarran

Si l’on prend la route et que l’on longe le Rhône, le premier arrêt à faire est le Château de l’Engarran.  C’est Henri d’Engarran qui créé en 1632 ce domaine de 9 ha. En hommage, les propriétaires qui prendront sa suite conserveront « Engarran » comme nom du domaine. C’est aujourd’hui la famille Grill qui a la charge des 40 ha de vignes. La viticulture est pratiquée de façon raisonnée. Le label Terra vitis garantit le respect de la plante. Ainsi, ce ne sont pas moins de 8 cépages et 4 types de sols qui assurent la singularité des rosés du Château de l’Engarran.

Leur cuvée de rosé sur le millésime 2018 est plaisante, toute en fraîcheur et gourmandise, définitivement un incontournable de l’été !

Le Château Saint-Maur

Sans attendre, nous reprenons la route vers le Château Saint-Maur. Le domaine apparaît sur l’appellation Côtes-de-Provence dès 1612. Son nom évoque les populations d’Afrique du Nord, les maures, qui ont influencé le bassin méditerranéen par leurs conquêtes en 700. Marc Monrose, bourguignon d’origine, assure depuis la fin des années 1990 la direction du Château. Il développe ses 54 ha de vignes qui s’étendent sur des pentes argilo-calcaires ensoleillées. Les vendanges se déroulent la nuit, afin que les 6 cépages phares de la région conservent toute leur fraîcheur.

Les équipes confectionnent chaque cuvée de rosé avec le plus grand soin. Depuis toujours, le vin du Château Saint-Maur réserve de belles surprises aux amateurs de bons rosés.

Pour ce domaine, nous conseillons la Cuvée Saint M sur le millésime 2018. Ce vin est structuré et très aromatique. Il propose des parfums de fleurs et de fruits qui assurent une belle dégustation.

Le Domaine de Terrebrune

Pour terminer en beauté et les pieds dans le sable, évoquons le Domaine de Terrebrune. Le domaine se situe à Trias sur l’appellation Bandol, à quelques encablures de la ville portuaire. C’est la famille Delille qui gère ce vignoble de 30 ha. Celui-ci fait office d’exception géologique. Le mourvèdre connaît des conditions idéales de développement sur les sols d’argile noire et de calcaire vieux de 200 millions d’années. Les rosés produits au domaine de Terrebrune sont d’une qualité remarquable. Ils assurent des moments de convivialité mémorables.

Leur cuvée rosé 2018 révèle à merveille ce terroir si particulier et saura satisfaire vos sens !

Nous vous invitons à découvrir, dès à présent, l’ensemble de notre sélection de rosés pour faire le meilleur choix.

Bonne dégustation !

voir-selection-vins-roses-cavissima

fiche autheur Thierry Goddet

1 Responses

  1. Toujours un plaisir de lire vos articles, merci à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *