Vins Bordeaux primeurs 2020
John Euvrard_Vidéo_L'agriculture Bio, Biodynamique ou raisonnée
John Euvrard_Vidéo_L'agriculture Bio, Biodynamique ou raisonnée

Publié le 2 novembre 2021 Dans : Culture générale du vin, Découvrir le vin, Slider home Avec 262 Vues

Agriculture Bio, Biodynamie ou raisonnée, quelles différences ? 

De l’agriculture raisonnée au bio, en passant par la biodynamie, Cavissima indique le mode de culture utilisé par le vigneron. Si la préservation du terroir et de la biodiversité est le trait d’union de ces trois modes de culture, quelles sont les grandes différences qui les caractérisent ? Aujourd’hui, John Euvrard, notre sommelier conseil, vous explique tout ! 

L’agriculture raisonnée 

Moins de produits chimiques et plus de logique

Ce mode d’agriculture tend à limiter l’impact de l’activité agricole sur l’environnement. L’agriculture raisonnée est l’une des démarches les moins contraignantes. Les viticulteurs peuvent consulter un cahier des charges avec une liste des produits de synthèse à utiliser, ou non, à la vigne. Dans le cadre d’une agriculture raisonnée, les viticulteurs doivent communiquer un bilan global carbone et une traçabilité quant à l’utilisation de produits sur la vigne.

Les vignerons peuvent utiliser des produits de synthèse en fonction des conditions climatiques ou de la typologie de la parcelle. Le producteur ne traite la vigne que si cela est nécessaire et avec une dose adaptée : le traitement préventif est préféré au curatif. 

Ce mode de culture fait appel au bon sens et à la responsabilité des viticulteurs quant à l’utilisation de produits sanitaires et à la préservation de la biodiversité. En revendiquant une agriculture raisonnée, les vignerons s’éloignent de la viticulture conventionnelle. Cette dernière se définit par l’utilisation systématique et à fréquence régulière des produits, sans tenir compte de l’état sanitaire de la vigne.

L’agriculture raisonnée prend en compte la santé du vigneron, du consommateur tout en s’inscrivant dans une démarche de préservation de l’environnement. 

Les avantages et les inconvénients de l’agriculture raisonnée

Il n’y a ni label ni cahier des charges qui régissent ce mode de culture. Certaines critiques soulignent le manque de cadre de cette pratique. Les quantités de produits utilisées sont soumises à l’appréciation du viticulteur. Elles peuvent varier d’un individu à un autre. De ce fait, le consommateur n’a aucune garantie quant au niveau d’implication du vigneron dans une démarche respectueuse de l’environnement. 

L’avantage de ce mode de culture est la grande marge de manœuvre des vignerons par rapport à la démarche biologique ou en biodynamie. Ils peuvent adapter leurs pratiques aux caractéristiques des millésimes sans mettre en péril leur activité économique. Les viticulteurs parviennent à trouver l’équilibre entre bons rendements et réduction des traitements. Ce mode de culture est le moyen de s’inscrire dans une démarche respectueuse de l’environnement sans apposer de label. La démarche raisonnée peut également être la première étape vers une agriculture biologique. 

L’agriculture biologique

Le bio c’est beau mais quèsaco ? 

L’agriculture biologique vise à préserver l’équilibre de la nature dans le cadre de l’activité viticole. Comme nous le rappelle John Euvrard, l’agriculture bio fait appel uniquement aux produits issus du monde animal, végétal ou minéral pour tout ce qui est traitement de la vigne et pendant la vinification. 

A la vigne, seuls les produits d’origine naturelle sont utilisés, le désherbage doit être manuel, les OGM sont proscrits et l’emploi d’intrants est largement limité. 100 % des raisins utilisés dans les vins bio sont issus de l’agriculture biologique. Le processus de vinification est lui aussi contrôlé et ce jusqu’à la mise en bouteille. Les niveaux de sulfites utilisés sont ainsi strictement contrôlés, les levures utilisées doivent être issues de l’agriculture biologique, etc. Trois ans de conversion sont nécessaires avant qu’un vignoble soit certifié en agriculture biologique.

Une fois la certification obtenue, le producteur peut apposer le label sur les étiquettes de ses bouteilles. A tout moment, il est susceptible de subir un contrôle des organismes certificateurs indépendants. En cas de manquement, le label AB peut être suspendu le temps de la mise en conformité ou jusqu’à nouvel ordre. 

Les inconvénients et avantages

Pour remplacer les produits phytosanitaires, le cahier des charges de l’agriculture biologique préconise l’utilisation du cuivre et du soufre comme fongicides. L’utilisation de ces produits est controversée car réputée nocive pour l’environnement.

La vigne habituée aux produits chimiques est exposée aux maladies et n’a pas les ressources nécessaires pour lutter. Les premières années de conversion peuvent donc entraîner des baisses de rendements significatives pour le producteur. Avec les années, la vigne arrive à puiser les ressources nécessaires dans le sol pour se protéger. 

Enfin, certains producteurs sont attirés par le succès du label auprès des consommateurs. Les motivations économiques motivent parfois plus la conversion vers l’agriculture biologique que le réel souci de préservation de l’environnement. 

Même motivée par le succès marketing, la conversion vers une agriculture biologique demande aux producteurs de respecter des règles et un cahier des charges strictes. L’avantage pour le consommateur est la lisibilité du label. En se référant au logo AB ou à la feuille verte, le consommateur a la garantie d’acheter des produits sans pesticides ni fertilisants artificiels. Il peut ainsi diminuer son impact environnemental et limiter les risques pour sa santé. 

L’agriculture en biodynamie

Un mode de culture et une philosophie

La biodynamie est également une démarche qui vise à respecter davantage l’environnement en éliminant les intrants de synthèse, les OGM et autres produits chimiques. La démarche va au-delà de l’agriculture biologique car elle inscrit la viticulture dans un cercle vertueux : la recherche de l’équilibre entre les éléments. Pour John Euvrard, cela passe par :

  • l’utilisation de plantes ou de préparations qui servent à dynamiser la vie du lieu et des sols et renforcer la plante ;
  • la considération des rythmes cosmiques et des rythmes lunaires qui agissent de façon énergétique sur le vivant.

L’Homme assure l’équilibre et la communication entre le sol, les êtres vivants, le ciel, la lune et l’eau. Les travaux de la vigne et du chai sont effectués en fonction du calendrier lunaire. Un organisme indépendant est mandaté afin de vérifier le respect des cahiers des charges viticulture et vinification des différents labels. 4 ans de conversion sont nécessaires pour obtenir le label Biodyvin, 2 à 3 ans pour le label Demeter.

La biodynamie est-elle lumineuse ou illuminée ?

Corne de vache emplie de quartz que l’on enterre à l’automne, pulvérisation manuelle et à 3 heures du matin, en fonction de la lune ou encore fabrication de compost de bouse sont autant de pratiques de la biodynamie qui laissent parfois perplexes. Certains doutent de l’efficacité de ces pratiques, de la qualité des vins et dénoncent la surenchère de labels.

Pour autant, la certification en biodynamie nécessite 3 ans de conversion et le respect très strict du cahier des charges. Le consommateur est donc garanti de la non-utilisation de produits de synthèse et de la volonté du producteur de s’inscrire dans une démarche vertueuse. Les bouteilles certifiées en biodynamie participent à une biodiversité préservée, au respect des équilibres naturels, à la valorisation des sols et au souci de la santé humaine

Pour aller plus loin, découvrez sans attendre la vidéo de John Euvrard sur les grandes caractéristiques de l’agriculture bio et en biodynamie :

Agriculture bio, biodynamique ou raisonnée

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *