Vins Bordeaux primeurs 2015

Publié le 13 septembre 2018 Dans : Les dégustations de vin des professionnels et des sommeliers, Slider Avec 76 Vues

Dégustation du Gigondas Les Terrasses du Diable 2014, Domaine Les Pallières

 

Partons en balade dans le sud de la Vallée du Rhône sur l’appellation Gigondas au pied des Dentelles
de Montmirail avec un Gigondas du Domaine Les Pallières. La cuvée s’appelle les Terrasses du Diable.
Le millésime présenté ici par John Euvrard, notre sommelier-conseil, est le 2014.

Propriété du Domaine du Vieux Télégraphe, ce terroir est extraordinaire

C’est une propriété qui a été rachetée par la Famille Brunier, propriétaire du Domaine du Vieux Télégraphe à
Châteauneuf-du-Pape. Ils ont restructuré ce vignoble il y a quelques années, et ils en tirent aujourd’hui toute sa quintessence.
Notons, cela dit, que la matière première est déjà extraordinaire puisque issue de l’appellation Gigondas.
Quand ce mot résonne dans l’imaginaire, on pense immédiatement à la puissance, l’alcool, la force.
Il est en effet habituel de retrouver des vins qui présentent ces caractéristiques.
Cependant, avec Les Terrasses du Diable, la dégustation est toute autre. Bien sûr on retrouve cette identité forte du terroir, mais nous somme en présence d’un vignoble qui, d’une part, est en altitude et d’autres part sur des éboulis calcaires. Ces particularité offrent au vin une certaine fraîcheur et un équilibre qui est tout à fait intéressant – et agréable -pour cette zone.

La bouche est superbe, tout en fraîcheur et en gourmandise

La robe est assez claire, on constate que l’on n’a pas affaire à une concentration de matière.
On est principalement sur le cépage Grenache (90%). C’est d’ailleurs le cépage roi de la région.
Le nez est tout à fait contrasté. D’un côté les épices qui évoquent la chaleur et le soleil, et de l’autre une sensation plus froide, la pierre, une émotion caillouteuse, presque minérale.
Il nous laisse à penser que l’on va garder une grande fraîcheur dans ce vin.
Le nez est intense. S’il est plaisant aujourd’hui, on sent qu’il va prendre une dimension supérieure d’ici quelque temps.
La bouche est superbe, c’est un grenache qui ressemble presque au Pinot Noir, c’est soyeux, c’est humide, c’est gourmand. Encore une fois l’alcool est complètement intégré dans le vin, il n’y a aucune sensation de chaleur excessive, au contraire, on ressent plutôt de la fraîcheur, de l’acidité. On a un vin de puissance moyenne finalement.
En conclusion, il s’agit là d’un vin avec un superbe équilibre qui témoigne du millésime mais aussi du terroir et du savoir-faire.
C’est un vin qui peut être bu en y prenant plaisir, dès à présent.

Des mets fins et cuisinés avec justesse seront son meilleur compagnon

Pour ce Gigondas équilibré, frais, presque désaltérant, on imagine des viandes en accompagnement.
Attention, Gigondas ne rime pas toujours avec gibier et plats en sauce !
Là, on peut s’octroyer un mets plus fin, tel un joli morceau de bœuf, une partie tendre.
Il peut également l’associer à un pluma de pata negra sur un cochon ibérique.
Il faut quelque chose de cuisiné avec justesse, sans trop d’épices.
En effet, encore une fois, il est plus sur la fraîcheur, la gourmandise et presque la légèreté pour un Gigondas.
C’est surprenant, mais également agréable et appréciable lorsque l’on connaît le domaine.

Nous vous souhaitons une bonne découverte de ces grands vins de la Vallée du Rhône !

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *