Vins Bordeaux primeurs 2019

Publié le 3 avril 2020 Dans : Actualités, Actualités du vin, Slider home Avec 687 Vues

Quand le gel met son grain de sel

gel dans les vignes

Le début du printemps est une période décisive pour la vigne. Fin de la taille et arrivée des bourgeons conditionnent la qualité de la récolte de l’année. Cette semaine, les températures hivernales ont fait leur grand retour après un début de mars doux. Alors que la vigne comptait environ 15 jours d’avance, cette vague de froid a causé de nombreux dommages notamment en Provence, dans la Vallée du Rhône ou dans le Gard. Quels sont les risques pour la vigne quand, au printemps, le gel met son grain de sel ?

Le printemps : le réveil de la vigne

En mars, la taille d’hiver prépare la vigne à la prochaine récolte. Elle conditionne la bonne fructification de la plante dans les mois suivants. 

Il s’agit de sélectionner les bourgeons les plus prometteurs et se séparer des plus faibles. Ces choix déterminent la qualité de la prochaine récolte. L’équipe en charge de la taille a une responsabilité importante et doit donc être formée avec soin. 

Les bourgeons les plus prometteurs sont ceux qui apparaissent sur le bois d’un an. Il faut avant tout éliminer le bois mort et les tiges qui poussent à la base du vieux bois. L’objectif de la taille est de faire de la place aux nouvelles pousses. Le vigneron taille la vigne après les périodes de fortes gelées.

Le gel au printemps 

Au printemps, la vigne s’éveille et on assiste au débourrement. Autrement dit, les bourgeons s’ouvrent et laissent apparaître des feuilles. La taille doit être finie au moment du débourrement afin que la vigne puisse se développer.

gel bourgeon

Ces bourgeons supportent des températures jusqu’à -3°C. Or, les nuits du 24-25 et 25-26 mars ont enregistré des températures autour de -5°C dans le Var par exemple. Des températures inédites qui marquent la vigne durablement. Les températures fraîches de cette semaine risquent de geler la vigne et de “brûler” la plante. Certaines parties de la vigne peuvent mourir et la production de raisins pourrait être diminuée considérablement cette année. Il est encore impossible de connaître l’étendue des dégâts car nous ne savons pas si l’intérieur du bourgeon est touché.

Les techniques de lutte contre le gel 

Bien sûr, certaines techniques existent afin de limiter les dégâts du gel à cette période de l’année. Il s’agit de réchauffer l’air autour de la vigne afin de limiter le refroidissement accru du vignoble. 

  • Les bougies ou les chaufferettes : Ce sont des blocs de paraffine dans des boîtes métalliques qui sont posées au milieu des vignes afin de réchauffer l’air ambiant. 
  • Les ventilateurs, éoliennes ou hélicoptères : On place des systèmes pour brasser l’air et ainsi le diffuser plus largement dans le vignoble afin de le réchauffer.
  • L’aspersion : Cette technique consiste à asperger les ceps avec de l’eau jusqu’à ce que les températures redeviennent positives. Les tuyaux et gicleurs sont coûteux et ne sont installés que sur les parcelles les plus exposées au risque de gel. 
  • Les brûleurs à propane : Il faut compter 150 brûleurs par hectare, à placer au sein du vignoble afin de réchauffer l’air.

gel dans les vignes

Certaines de ces solutions sont très coûteuses ou nécessitent de la main d’oeuvre importante. Or, avec l’épidémie de COVID-19, les domaines sont dans l’incapacité de mobiliser des équipes pour travailler dans la vigne. S’ajoute à cela la problématique environnementale. En effet, le recours aux bougies, brûleurs et à l’aspersion peuvent avoir un impact sur la pollution de l’air et augmenter considérablement la consommation en eau.

L’impact du gel sur la vigne

On l’a compris, il est encore difficile de connaître les conséquences réelles de ce gel printanier sur la production 2020. 3 cas de figure principaux peuvent exister :

  • Moins de la moitié des bourgeons est touchée et les conditions climatiques sont favorables, alors la vigne compensera seule les pertes en favorisant les bourgeons restants. 
  • La moitié des bourgeons et les conditions climatiques ne sont pas optimales, alors la production risque d’être faible. Cependant, une faible quantité de grappes sur la vigne peut concentrer les arômes et ainsi produire des vins de qualité.
  • Au delà de 60% de dégâts sur les bourgeons, la récolte peut être nulle. Il faut produire des rameaux pour assurer la récolte de l’année suivante. 

Afin de limiter les risques trop importants sur le vignoble, il faudrait que les températures remontent. Dans tous les cas, les vignerons se lancent dans une véritable course de fond. Il ne s’agit pas d’intervenir sur la vigne de façon ponctuelle mais bien de la protéger de manière durable contre les températures hivernales. Pour l’instant, les prévisions météorologiques ne sont pas favorables à une amélioration rapide de la situation. Ces conditions inédites et le confinement de la population rendent la mission des vignerons encore plus périlleuse, affaire à suivre…

Pour plus d’articles, visitez le blog de Cavissima

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *