Vins Bordeaux primeurs 2015
Château Pichon Lalande
Château Pichon Lalande

Publié le 18 avril 2018 Dans : Les actualités du vin, Tout sur les vins Primeurs Avec 2435 Vues

Bordeaux 2017 nos notes de dégustations

Dégustation Calon Segur

La semaine des Primeurs à Bordeaux s’achève et notre équipe a pu se faire un avis très précis sur les vins du millésime 2017. Nous voici, quelques 200 cuvées plus tard, intarissable sur les assemblages divers, l’impact du gel et les changements intervenants dans les propriétés qui bougent. Car Bordeaux bouge, c’est indéniable et cela fait plaisir !

Voici ainsi résumé ce qui nous a plu, moins plu et ce qui ne finit pas de nous étonner

Le vin du millésime 2017 est d’un niveau tout à fait qualitatif

Commençons par le super positif, les Vins Blancs de Bordeaux secs et liquoreux sont d’un niveau exceptionnel qui nous rappelle ceux du 2015. On a gouté des choses sublimes notamment avec le Pavillon Blanc du Château Margaux et le Smith Haut Lafitte blanc. Des vins vifs, tendus, précis, raffinés, discrets, persistants. Une palette aromatique racée. Des vins à faire une folie, à les acheter maintenant et à servir dans 10 ans, pas avant !

Côté rouge, nous avons trouvé de très grands vins dans les très grands terroirs. La hiérarchie sera respectée cette année sans aucun doute. Nous avons particulièrement aimé les Pomerol dont les merlots étaient fins et veloutés, et les Pauillac dont les grands Cabernets ont pu être vendangé mûrs. Nous avons aimé les degrés d’alcool raisonnables : entre 13 et 13,5° ; des vins fins, élégants, nettement plus précis souvent obtenus avec de faibles extractions. Bye bye Mr Bob !

Les propriétés qui n’ont pas été gelées auront vu un scénario absolument incroyable, car jusqu’au 31aout, tout était réuni pour faire de 2017 un millésime exceptionnel. Floraison précoce, rapide et homogène, véraison homogène et été sec mais pas caniculaire offrant juste ce qu’il faut de stress hydrique pour faire mûrir les raisins. Seulement voilà, les pluies de septembre sont venues perturber le final que méritait ce grand millésime et les vendanges ont été souvent extrêmement rapide sous la contrainte de la météo. Au final, 2017 nous rappelle 2014 en un peu mieux !

Pour conclure, les vins du millésime 2017 nous ont agréablement surpris. La qualité est bien présente. Les vins sont droits et précis. Ils s’apprécieront sur la jeunesse grâce à un beau fruit croquant et une belle fraicheur mais pourront également profiter de quelques années de garde, dans des conditions idéales bien entendu !

Bordeaux s’adapte à la météo capricieuse

Le gel aura touché principalement les bas de côtes à Saint-Emilion, les plaines assez basses de Margaux, le Haut-Médoc, le Moulis, le Médoc. Il aura été très violent dans certains domaines de Pessac-Léognan (Larrivet Haut-Brion). Les appellations Saint-Estèphe, Pauillac et Saint-Julien n’ont pratiquement pas été touché par le gel. Très peu de grands domaines ont réutilisé les baies provenant de la 2ème génération, car le niveau de maturité était hétérogène et souvent insuffisant pour entrer dans le 1er ou dans le second vin. Pour faire du vin de qualité en 2017, il fallait savoir trier les baies et s’équiper parfois d’un tri-baie (machine à séparer les baies par densimétrie). A Saint-Emilion par exemple des propriétés comme La Gaffelière aura fait un vin avec les meilleurs raisins de la propriété, issus du haut de coteau !

Dégustation Pichon Lalande

De la même façon, on assiste par ailleurs à des assemblages moins conventionnels ; ce qui pourrait d’ailleurs faire le charme de ce millésime.  Cheval Blanc par exemple dispose de moins de Cabernet Franc cette année ; Montrose sera composé de plus de Cabernet Sauvignon et moins de Merlot dans son assemblage. Le vin est différent et pour maintenir une qualité au top, les châteaux auront composé leur 1er vin avec le meilleur raisin que la propriété aura donné.

De manière générale les rendements sont nettement plus faibles

Le gel ou la pluie auront été déterminants.  Cheval Blanc et Figeac auront 30% de vin en moins à présenter. Pavillon Rouge de Margaux (un bonheur incroyable) sera divisé par 2 en volume ! Nous espérons que cette contrainte ne pèsera pas trop sur la détermination du prix au final ! A l’inverse Léoville Poyferré – que nous avons adoré – aura produit une vendange record avec 55 Hl/Ha sur les 56 autorisés.

Qui aura finalement produit un très grand vin ?

Les vins exceptionnels sur ce millésime particulier sont produits par :

  • – des propriétés qui ont la chance d’avoir des maturités plus précoces : Château Canon à Saint-Emilion, Château Lafleur, Château Trotanoy et les Carmes Haut-brion (dont les sols très particuliers permettent un mûrissement rapide des Cabernets Francs
  • – les très grands terroirs des Premiers Grands Crus Classés qui ont moins souffert du gel
  • – les domaines qui maitrisent encore mieux leur technique culturale : Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Château Fonroque, Château Brane-Cantenac, Château Smith-Haut-Lafitte
  • – les châteaux bénéficiant d’investissements importants soit au chai, soit à la vigne et dont les progrès se font maintenant sentir : Calon-Ségur, Montrose, Clinet, Les Carmes Haut-Brion, Gruaud Larose, Pédesclaux

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *