Vins Bordeaux primeurs 2015

Publié le 31 juillet 2018 Dans : A la découverte du monde du vin Avec 396 Vues

Le domaine de la Vougeraie : la biodynamie dans les gènes

 

Dans le courant du mois de juillet, Cavissima a eu le privilège de découvrir plusieurs domaines en Bourgogne. Parmi ces domaines, nous avons poussé les portes d’une propriété emblématique en biodynamie : le Domaine de la Vougeraie. C’est à travers une visite et une dégustation pour le moins remarquables, que nous avons succombé à ce prestigieux domaine.

Nous avons débuté notre visite des domaines en Bourgogne par la Domaine de la Vougeraie, à Premeaux-Prissey. Mme Poillot, la directrice générale du domaine, nous accueille très chaleureusement et laisse par la suite la place à François Lécaillon, le responsable du vignoble. Nous découvrons avec une agréable surprise, en compagnie de François, l’intérêt porté à la sélection minutieuse des bois pour leurs fûts de chêne. En effet, les bois de la région sont exposés au soleil directement au sein du domaine pour les faire sécher.

En biodynamie depuis 1999, cette propriété fait partie des pionnières à avoir expérimenté ce mode de culture. Pour parfaire les plants de vigne, ils cultivent leur propre jardin de plantes phytosanitaires. Le domaine est équipé d’un diffuseur. Parmi ces plantes, nous pouvons citer l’absinthe aux propriétés antiseptiques et la lavande comme insecticide. Les plantes dévoilent tout leur art au sein de ce beau domaine.

 

Par la suite, nous découvrons la jolie cave voûtée datant de la fin du 20ème siècle.
Nous voilà entre les fûts de chêne de
«Nuits-Saint-Georges 1 er Cru Clos de Thorey Monopole» ou encore de «Le Clos Blanc de Vougeot Monopole».

Nous terminons par une dégustation remarquable du millésime 2017. François nous indique que celui-ci évoque toutes les caractéristiques et la typicité de la Bourgogne avec une belle et agréable fraîcheur.

 

Depuis son arrivée au Domaine de la Vougeraie en 2015, François Lécaillon perpétue le style du domaine dans chaque cuvée. Tout en apportant également un peu de modernité. Pour cela, il utilise par exemple moins de fûts neufs pour les vins blancs (passage de 33% à 25%). Il effectue également une part plus importante de vendanges entières dans chaque cuvée, cette part pouvant varier en fonction du millésime. Mais, le cœur du développement reste majoritairement la biodynamie. La compréhension du terroir et l’adaptation à celui-ci est ainsi toujours plus pointilleuse.

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *