Château d'Armailhac - Bordeaux

Le Château d'Armailhac se situe dans le Sud-Ouest de la France, à Bordeaux en Gironde. Ce Cinquième Grand Cru Classé en 1855 est un incontournable dans l’appellation Pauillac. Les propriétaires actuels, la famille de Rothschild, veille à ce que le vignoble bénéficie du même travail rigoureux et traditionnel qui l’ont poussé au sommet. Le domaine offre des vins d’une régularité constante millésime après millésime avec une belle aptitude au vieillissement.

Château d'Armailhac

350 ans d'histoire

Le Château d'Armailhac appartenait initialement aux frères Dominique et Guilhem Armailhacq, qui en firent l’acquisition en 1680. À l'époque, ils étaient ainsi les premiers propriétaires des parcelles de Pauillac. Complanté à la fin du XVIIe, il devint alors Château Mouton d'Armailhacq, et ses vignes s’étendaient sur 16 ha. En 1831, Armand d’Armailhacq, ingénieur agronome et nouveau responsable du vignoble, employa les meilleures techniques pour développer la qualité du Mouton d’Armailhacq. Grâce à un travail acharné, les vins se vendirent deux fois plus cher que les productions voisines, pourtant mieux cotées. Les ventes progressèrent considérablement et Mouton d’Armailhacq finit par se classer 5e Grand Cru en 1855.

Famille de Rothschild

La Baronne Philipinne de Rothschild et ses enfants

Château d'Armailhac Chais

Les chais du Château d'Armailhac

Château d'Armailhac vignes

Les vignes du Château d'Armailhac

La famille de Rothschild

une stratégie visionnaire

En 1878, le vignoble s’étend sur plus de 70 ha et appartient alors au Comte de Ferrand, héritier d’Armailhacq. Ce dernier poursuit son développement, mais la guerre et les crises le poussent à le vendre en viager à son nouveau voisin, le Baron Philippe de Rothschild en 1933. Un an plus tard, il meurt, faisant alors du baron le nouveau propriétaire. Dès lors, ce dernier l’associe au Château Mouton Rothschild. Il portera, de 1956 à 1988, le nom de Mouton Baron Philippe, puis celui de Mouton Baronne Philippe. Sur décision de la Baronne elle-même, il retrouva finalement son identité d'origine en 1989, orthographié cependant sans le "q" final.

Marqué par un engagement personnel constant, un esprit d’indépendance et une stratégie visionnaire à long terme, le long règne du baron Philippe de Rothschild fut ponctué d’une série de décisions capitales, dont certaines ont révolutionné le monde du vin. En 1968, de gros travaux sont entrepris et le cuvier et les chais sont reconstruits et le vignoble, qui avait atteint près de 70 ha, est ramené à 50 ha, sa taille actuelle.

Cinquième Grand Cru en 1855

complexité, finesse et subtilité

Le vignoble de 50 ha est disposé au cœur d’un superbe parc, dont les graves argileuses et profondes reposent sur un sous-sol argilo-calcaire, donnant à Château d’Armailhac sa finesse et son élégance caractéristiques. L'encépagement se constitue de 53% de Cabernet sauvignon, 34% de Merlot, 11% de Cabernet franc et 2% de Petit verdot. L’âge moyen des vignes est de 43 ans et leur cueillette se fait intégralement à la main. Le Château prospère ainsi grâce au respect des valeurs traditionnelles. Pour assurer leur intégrité et conserver toutes leurs saveurs, ils acheminent ensuite les baies via des cuvons mobiles jusqu'aux cuves. Les vinifications se font dans des cuves inox pour une durée totale de cuvaison de 15 à 20 jours. Les soins méticuleux apportés à chacune des parcelles confèrent au vin son intensité aromatique ainsi que ses structures complexes et charnues.